SECRÉTARIAT : Adresse postale convivialite en flandre 61 rue du Sud – 59140 Dunkerque Telephone Association convivialite en flandre 06 37 40 87 43 Email Association convivialite en flandre contact@convivialiteenflandre.org

Mercredi 6 décembre 2017

Que disent les mains ? de Fra Angelico à Nicolas Poussin

Une conférence de Sabine Wetterwald

Dépliant de la conférence de S. Wetterwald
Du 06/12/17

L’Association Convivialité en Flandre a choisi cette année pour thème Pourtant ça bouge ! Quand l’art fait jaillir la vie. Autour de ce sujet sur le mouvement dans l’art, Sabine Wetterwald propose d’explorer le geste à l’époque moderne et particulièrement ceux des doigts de la main. L’occasion de retrouver l’origine parfois oubliée de postures et de gestes que nous continuons d’accomplir parfois de façon quotidienne.

Sabine Wetterwald

Sabine Wetterwald

Sabine Wetterwald est historienne de l’art.
Elle aime débusquer les détails insolites d’un tableau, trouver la clef d’une petite église de village pour y admirer les fresques du XIe siècle, entrer dans la démarche d’un artiste contemporain, se laisser submerger par l’émotion devant la beauté d’une œuvre...
Mais surtout, elle aime partager sa passion de l’art.

Responsable pendant plusieurs années de la programmation artistique de Convivialité en Flandre, elle est déjà intervenue pour l’association à propos du clair-obscur dans la peinture, de l’histoire de la photographie, du nombre d’or ou des images doubles ou cachées dans la peinture.

Léonard de Vinci, Étude pour la Cène, 1494-1495
Craie rouge sur papier, 260 x 392 mm, Gallerie dell’Accademia, Venise
Léonard de Vinci, Saint Jean-Baptiste, 1508-1513
Huile sur bois, 69 × 57 cm, après la restauration de 2006, Musée du Louvre

Selon Léonard de Vinci, la peinture est « poésie muette » et les « mouvements de l’âme » s’expriment à travers le langage du corps. Empruntés au quotidien ou issus d’une longue tradition iconographique, les gestes des mains, jamais innocents ni choisis au hasard par les artistes, sont porteurs de sens.

Masaccio, La Sainte Trinité, 1425-1428
Détail de Marie, fresque, 667×317 cm, Santa Maria Novella, Florence
Fra Angelico, Saint Pierre martyr, 1440-1443, fresque, Florence, Couvent San Marco
Albrecht Dürer, Étude de trois mains, 1495
Plume et encre marron sur une légère esquisse préliminaire à l’encre sur papier, 27x18 cm, Vienne, Bibliothèque Albertina

Gestes descriptifs tels l’index pointé, posé sur la bouche pour imposer le silence, gestes rituels, de désespoir, de colère ou obscènes, gestes de communication... autant de situations non verbales à décrypter comme substituts des mots et transmission du sens.

Nicolas Poussin, Martyre de Saint Érasme, 1628-1629
Huile sur toile, 320x186 cm, Musée du Vatican
Georges de La Tour, La Diseuse de bonne aventure, Années 1630
Huile sur toile, 102 × 123 cm, Metropolitan Museum of Art, New York

Éclairés par l’histoire religieuse, sociale ou commerciale de leur époque, quelques moments fascinants de la peinture occidentale ou de la sculpture permettent d’appréhender la symbolique particulière des mains, nous invitant à une lecture renouvelée des œuvres.


J’ai pris un immense plaisir à préparer cette conférence et ai été très heureuse de vous voir tellement nombreux le mercredi 6 décembre pour partager notre passion commune de l’art. Le record du nombre d’entrées a même été battu !

En ce temps de fêtes de fin d’années, pas question de jeux de mains/jeux de vilains ni de poil dans la main.
N’y allez pas de main morte pour prendre en main votre existence, ce n’est pas le moment de passer la main : prenez votre courage à deux mains et sachez mettre la main à la pâte sans pour autant mettre la main dans le sac.
Vous avez maintenant toutes les cartes en main. De main de maître, vous préférerez la main de velours à la main de fer. Souriez : vous avez la main verte et êtes dans de bonnes mains.
J’en mets ma main au feu, vous tendrez la main et prêterez main-forte autour de vous, donnerez la main à votre voisin ou un coup de main à une inconnue.
Quand à moi, c’est la main sur le cœur que je remercie tous les participants et participantes à la conférence pour leur écoute bienveillante. J’espère que vous saurez mieux entendre les mains qui vous parlent au cours de vos prochaines visites artistiques.

Merci également à vous internaute pour votre visite sur notre site.

Pour approfondir le thème :
- Bibliographie :
✰ André Chastel, Le Geste dans l’art, Liana Levi, « Opinion art », 2001, 2008. Le chapitre "L’art du geste à la Renaissance" est disponible en ligne (sans les images) sur le site de Persée dans La Revue de l’Art, Année 1987, Volume 75, Numéro 1 pp. 9-16.
✰ Michael Baxandall, L’Œil du Quattrocento. L’usage de la peinture dans l’Italie de la Renaissance, 1972, Collection Bibliothèque des Histoires, Gallimard, 1985
✰ Barbara Pasquinelli, Le Geste et l’expression, Hazan, 2006
✰ Daniel Arasse, Le sujet dans le tableau, Essais d’iconographie analytique, Chapitre 5 : "Michel-Ange et l’index de Moïse", Champs, Flammarion, 1997
✰ Léonard de Vinci, La peinture, présentation d’André Chastel, Hermann, Collection Savoir : Sur l’art, 1964, 2004. Une présentation vidéo en 2 min 40 sur le site de l’INA
✰ Alberti, [De pictura], 1435, De la peinture, Paris, Macula, Dédale, 1992
✰ Georges Didi-Huberman, « Question de détail, question de pan », in Devant l’image, Paris, Éd. de Minuit, 1980
✰ André Leroy-Gourhan, Le Geste et la parole, Leroy-Gourhan, 1964
✰ Nathalie Roelens, Les deux seuils de la gestualité : l’attitude et le mouvement, Universités de Nimègue et de Louvain, 2012
- Et pour offrir à un enfant ou à vous-même :
✰ Gillian Wolfe, Je joue avec l’art ! Expressions, gestes et regards, 2010

- À cliquer :
✰ À l’occasion de la vente de novembre 2017 du Salvator mundi de Léonard de Vinci, l’historien de l’art chrétien François Bœspflug, analyse l’iconographie de ce tableau devenu en quelques années le plus cher du monde.
✰ Promenade dans une formidable exposition qui s’est déroulée au Petit Palais à Paris de février à mai 2015 : Les Bas-fonds du Baroque : La Rome du vice et de la misère. Vous y découvrirez une "Rome à l’envers", le monde des gueux, des bohémiens, des tavernes, des travestis, du carnaval et des artistes déchaînés, célébrés avec les meilleurs peintres du XVIIe siècle. Ils peignent une Rome d’« après nature », contrairement aux représentations d’une Rome du « beau idéal » qu’ils produisent officiellement.
✰ Lors de la performance de Sarah Nouveau, Caroline Chopin et Samuel Allain, Paysage-mouvement présentée au LAAC de Dunkerque le 16 novembre dernier, j’ai été touchée et admirative du travail de la sculptrice Caroline Chopin. Découvrez ses œuvres et la part belle, poétique et forte, qu’elle apporte aux représentations des mains. L’exposition Motus de Caroline Chopin est visible jusqu’au 9 décembre 2017 à la Galerie Jean-Luc Moreau, 20 rue Bartholomé Masurel 59800 Lille. Vous pouvez suivre les événements qu’elle organise sur sa page d’artiste Facebook Caroline Chopin SCULPTURE.

Portfolio

Article publié le samedi 2 décembre 2017, par Convivialité en Flandre, Sabine Wetterwald