Aristote et le juste milieu, Daumier et les bustes parlementaires Imprimer Envoyer

In medio stat virtus.

La vertu est dans le juste milieu.

Aristote (384 – 322 av. J.C. ) Félix Nadar, 'Portrait de Charles Philipon'

Daumier, Comte Auguste Hilarion de Kératry ou Un extrait de l'Éthique à Nicomaque d'Aristote ( II, 5-6, 1106b-1107a, tr. fr. Voilquin, coll. GF) et une fiche de philosophie, Aristote : Le bonheur et la vertu.

Les “ Célébrités du juste milieu ”  sont des députés, des ministres ou personnages influents de l'entourage du roi Louis-Philippe, des journalistes gouvernementaux sous le régime du roi pendant la monarchie de Juillet.

Leur titre est emprunté à un discours du 30 janvier 1831 dans lequel le roi Louis-Philippe fait connaître son intention de “ se tenir dans un juste milieu également éloigné des excès du pouvoir populaire et des abus du pouvoir royal ”. Cette formule excite la dérision de la presse d’opposition et donne à Charles Philipon, directeur du journal satirique Le Charivari qui fait la part belle à la caricature, l’idée de publier des portraits-charges de personnalités du régime, toutes opposées aux idées républicaines. De nombreux illustrateurs participaient à ces journaux critiques sur le régime. et du

Philipon passe commande à Honoré Daumier ; celui-ci décide de sculpter au préalable un modèle en terre crue coloriée pour chaque personnage qu'il devra caricaturer. La publication de ces lithographiques satiriques s'échelonne de 1832 à 1835. L'une d'elles paraît en 1834 et présente " les bancs ministériels de la chambre improstituée ". Le site éducatif  L'Histoire par l'image publie une étude de cette lithographie de Daumier, Le Ventre législatif.

Vous pouvez agrandir 32 bustes-charges des “ Célébrités du juste milieu ” sculptées par Daumier sur le site de la Bibliothèque de l'Assemblée nationale. Le site nous renvoie à l'extrait d'une émission de 1979 des archives de l'INA : "De l'influence de la caricature sur le comportement des citoyens".

Charles Philipon est un spécialiste de l’héraldique satirique. Une analyse de deux blasons créés pour caricaturer le discours du roi Louis-Philippe,  Armes du peuple, armes du juste milieu, permet de comprendre le contexte social et politique de l'époque. L'animation à cliquer dans le bandeau de gauche est un bon moment didactique.

Un article de huit pages au format pdf :  « Daumier, Louis-Philippe et la République » par Jean-Noël Jeanneney, président de la Bibliothèque nationale de France.

Ne manquez pas la superbe exposition "Daumier" sur le site de la BnF. C'est l'occasion de voir Louis-Philippe en Gargantua ou de détailler la lithographie Le Passé, le Présent et l'Avenir qui propose une allégorie de la Prudence sur le modèle du triple portrait  de Titien, revue et corrigée par Daumier en "Louis-Philippe pririforme". Sophie Raux nous avait présenté cette allégorie de Titien lors de sa conférence " Peinture et emblème en Italie et dans les Anciens Pays-Bas ".

Pour terminer, l'accès aux 4000 lithographies de Daumier et 1000 gravures sur bois avec le premier catalogue digital de son œuvre.

Rédaction et mise en ligne par Sabine Wetterwald le 19 octobre 2008,
mise à jour le 20 janvier 2009
Commentaires (0)add comment

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security image
Entrez les caractères affichés


busy