Conférence: "Trésors des églises de Malines" par Pierre Baeckeroot Imprimer Envoyer

Mardi 24 octobre 2006
De 18h30 à 20h00 - Accueil dès 18h00
Amphithéâtre Schumpeter, Pôle universitaire Lamartine, Place du théâtre à Dunkerque

Conférence :
Trésors des églises de Malines (Mechelen)
par Pierre Baeckeroot

Vous avez été une soixantaine à participer à cette conférence. Merci de votre participation.

  Pierre Baeckeroot, photo Sabine Wetterwald  

Pierre Baeckeroot est guide et photographe du patrimoine de la Flandre depuis de longues années. Il connaît la région "comme sa poche". La qualité de ses prises de vues et le choix des détails photographiés nous ont offert une belle soirée !

Avec sa présentation de diapositives, nous sommes entrés au coeur de Malines, et avons fait la connaissance des détails du patrimoine religieux de cette grande ville d'Histoire. Ils nous auraient probablement échappé sur place.

 
  Entre Bruxelles et Anvers, Malines est connue pour ses industries d'art telles la tapisserie, la dentelle, les meubles, mais aussi pour ses musées et son école de Carillon.
Sur le plan de la gastronomie, citons la brasserie, les asperges et le célèbre " coucou de Malines ", poulet gris moucheté à la chair succulente.

Pierre nous a transmis quelques-unes de ses diapositives. Nous les avons numérisées pour vous.

Ci-contre, la tour de la cathédrale Saint-Rombaut se dresse, majestueuse. Elle est sans doute la plus belle de Belgique.
  
La cathédrale Saint-Rombaut, photo Pierre baeckeroot

 
Détail du 'Christ en Croix' de Van Dyck
 
Les grands maîtres sont présents dans les huit églises de Malines.
La cathédrale renferme une des versions du Christ en croix d'Antoon van Dyck.

On reconnaît l'influence de Rubens dans le traitement de la musculature et des carnations. Marie-Madeleine repentante est éplorée au pied de la croix. Après le Concile de Trente, c'est l'un des thèmes recommandés aux artistes au moment de la Réforme Catholique pour favoriser la conversion des fidèles et faciliter leur identification aux personnages représentés sur les tableaux.
 

La chaire sculptée en chêne massif de la cathédrale est monumentale. Elle est sculptée par l'Anversois Michel Vervoort entre 1721 et 1723 pour l'église des Norbertines de Leliëndal.


Prenons le temps d'admirer les détails naturalistes de la faune du paradis terrestre. Ce lézard semble bouger encore.

Un lézard se cache dans le feuillage, photo Pierre Baeckeroot
Notre-Dame-au-delà-de-la-Dyle, photo Pierre Baeckeroot
La nef de Notre-Dame-au-delà-de-la-Dyle surprend et vaut le coup d'oeil.
Des statues adossées aux piliers ornent les arcades.
Le tableau de Rubens, La Pêche miraculeuse, est un des chefs d'oeuvre de l'église Notre-Dame-au-delà-de-la-Dyle. Rubens sait nous raconter une histoire. Il a imaginé une puissante composition où le paysage se continue sur les volets du triptyque.
Rubens, 'La pêche miraculeuse', photo Pierre Baeckeroot
       
Un banc des marguilliers, photo Pierre Baeckeroot
    
L'église Saint-Jean est dédié aux deux saints Jean : saint Jean-Baptiste et saint Jean l'Evangéliste.

Le mobilier de l'église est somptueux. Ici un banc des Marguilliers, notables qui siégeaient au conseil de fabrique de l'église. Ils géraient comptes et biens.

Au couronnement de ce meuble impressionnant, un groupe sculpté représente une scène biblique illustrant la vie de saint Jean-baptiste.
En récompense de la beauté de sa danse pour Hérode, Salomé, conseillée par sa mère Hérodiade, a obtenu la tête du saint qu'Hérode avait emprisonné. Le bourreau la lui remet sur un plateau.

  • Pour en savoir plus sur ce passage de la Bible, lisez l'article Jean-Baptiste de l'Encyclopédie Wikipedia.
  •        


    Lire aussi :


    Commentaires (0)add comment

    Ecrivez un commentaire
    Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

    security image
    Entrez les caractères affichés


    busy