Imprimer Envoyer
Jeudi 7 mai 2009

Amphithéâtre Schumpeter de 18h00 à 19h30

Pôle Lamartine de l'Université du Littoral, Place du Général de Gaulle, Dunkerque

« Chardin ou la lumière silencieuse »

Une conférence de Fabrice Lepoutre


Membres ou non de l'Association Convivialité en Flandre, nos conférences vous sont ouvertes dans le cadre de l'Université Populaire de la Côte d'Opale, en partenariat avec l'Université du Littoral Côte d'Opale. Le tarif plein est de 6 € ; le tarif réduit est de 3 € pour les scolaires, étudiants, demandeurs d'emploi et membres de l'Association. Nous acceptons les " Passeports Senior ".

Vous pouvez télécharger le dépliant d'insrciption à la conférence au format .doc ou .odt (dernière version du Pack Open Office à installer gratuitement sur votre ordinateur).

 

Étudiant à l’ENS-EHESS à Paris, Fabrice Lepoutre est historien de l'Art. Il travaille sur les nouvelles attentes des visiteurs et sur les anciens musées coloniaux au Cambodge, plus globalement en « Indochine ». Il étudie dans le cadre du Master Études, Théories, et Terrains, les approches sociologiques et anthropologiques au sein des institutions culturelles.

Vous aviez apprécié son intervention en 2008 sur Piero della Francesca et le goût flamand.

Fabrice Lepoutre
Jean-Baptiste-Siméon CHARDIN, Autoportrait

 

Jean-Baptiste-Siméon CHARDIN, Autoportrait dit Portrait de Chardin à l'abat-jour,
1775, Pastel, 46 x 38 cm, Cabinet des dessins, Musée du Louvre, Paris

Chardin permet une lecture « lumineuse » de la société bourgeoise du XVIIIe siècle par les individus qu'il présente. L’observation des mœurs, des enfants, des familles éclairent les nouveaux thèmes de prédilection de l'époque. Cette « peinture de genre » va répondre aux nouvelles attentes esthétiques tant chez les critiques que chez les amateurs.

Sa peinture révélatrice du Siècle des Lumières est une observation intense du monde qui l’entoure. Il décrypte puis met en scène.
Ses compositions semblent « froides », « calculées », « rationnelles ».  Il étudie la personne dans le décor de son quotidien et les objets par leurs réalités physiques, narrent un cadre où l’individu semble se figer, « objectivé » dans son cadre matériel.

 

Jean-Baptiste-Siméon CHARDIN,
Femme prenant le thé, 1735,
huile sur toile, 80 x 101 cm,
The Hunterian Art Gallery, Glasgow
CHARDIN, 'Femme prenant le thé'
Jean-Baptiste-Siméon CHARDIN, L'Enfant au toton ou Portrait d'Auguste-Gabriel Godefroy ou Portrait du fils de monsieur Godefroy, joailler, appliqué à voir tourner un toton, exposé au Salon de 1738, huile sur toile, 67 x 76 cm, Musée du Louvre, Paris
CHARDIN, 'L'Enfant au toton'

Chardin devient observateur scientifique du social mais ses descriptions méticuleuses ne se laissent pas enfermer par ces nouveaux objets d’études. Par une technique virtuose, il fait « vibrer » la matière, dans la lumière. Le spectateur pénètre dans cet univers sensible, proche de son monde.

CHARDIN, 'Le jeune Dessinateur'
Jean-Baptiste-Siméon CHARDIN, Le jeune Dessinateur,
1733-1735, huile sur bois, 20 x 18 cm,
Statens Kunstmuseer, Stockhom

CHARDIN, 'Jeune Dessinateur taillant son crayon'

Jean-Baptiste-Siméon CHARDIN,
Jeune Dessinateur taillant son crayon,  vers 1737,
huile sur toile, 80 x 65 cm, Musée du Louvre, Paris


Les personnages de Chardin font face à de nouveaux sentiments tels l’ennui ou la solitude et le peintre dévoile avec humanité les nouvelles stratégies - la distraction, les jeux - mises en œuvre pour faire face à la liberté individuelle.

 

CHARDIN, La jeune Maîtresse d'école

Jean-Baptiste-Siméon CHARDIN,
La jeune Maîtresse d'école, vers 1736,
huile sur toile, 61,5 x 66,5 cm, National Gallery, Londres

CHARDIN, Le Bénédicité'
Jean-Baptiste-Siméon CHARDIN, Le Bénédicité, 1744,
huile sur toile, 50 x 38 cm, Ermitage, Saint-Pétersbourg

 

L'artiste nous invite à une méditation sur l’individu : son regard pénétrant décrit une société dans laquelle l’être expose son intimité et sa part de mystère. L’enfance, nouveau centre d’intérêt du siècle, offre un exemple frappant des découvertes en psychologie.

 

 

Jean-Baptiste-Siméon CHARDIN, Verre d'eau et cruche,
vers 1760, huile sur toile, 32,5 x 41 cm,
Museum of Art, Carnegie Institute, Pittsburgh

À l'aide des grilles d’analyse de Norbert Elias et de Michael Baxandall, Francis Lepoutre  étudie avec nous d'une manière accessible et interactive les thématiques de l’individu et des processus sociaux décrites par Chardin, mettant ainsi en lumière les sujets, tout en conservant leur part d’ombre.

CHARDIN, 'Verre d'eau et cruche'

 

Bibliographie :
  • BAXANDALL Michael, Formes de l'intention - Sur l'explication historique des tableaux, Nîmes, J. Chambon, 1991, pp. 129-172 (à propos de Une Dame qui prend du thé de Chardin) ;
  • BAXANDALL Michael, Ombres et lumières, Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires, 1999, pp. 157-161 (à propos du Jeune Dessinateur de Chardin) ;
  • BRÊME Dominique, « Chardin et la nature morte à l'aube des lumières » in Chardin. 95 chefs d'œuvre au Grand Palais, Dossier de l'Art n° 60, pp. 36-51, Faton, septembre 1999 ;
  • COMTE-SPONVILLE André, Chardin ou la matière heureuse, Adetta, 1999 ;
  • ELIAS Norbert, La Société des individus, Fayard, 1991 ;
  • PRIGENT Hélène, ROSENBERG Pierre, Chardin. La Nature silencieuse, Découvertes Gallimard, 1999 ;
  • ROSENBERG Pierre (dir.), Chardin, Catalogue d'exposition Paris, Grand Palais 29 janvier–30 avril 1979, Cleveland, Cleveland Museum of Art 6 juin-12 août 1979, Boston, Museum of Fine Arts 18 septembre-19 novembre 1979, Éd. Réunion des Musées Nationaux, 1979 ;
  • ROSENBERG Pierre, TEMPERINI Renaud, Chardin suivi du Catalogue des œuvres, Flammarion, 1999 ;
  • SCHEFER Jean-Louis, Chardin, POL, 2002.

À cliquer :

  • Pierre Rosenberg fut président-directeur du Musée du Louvre et travailla toute sa vie sur Chardin. Le Monde de l'éducation de juillet-août 2001 publie une interview de Pierre Rosenberg ;
  • Un article paru à l'occasion de la grande rétrospective de 1999 sur Chardin au Grand Palais à Paris fêtant le tricentenaire de la naissance du peintre : "Chardin, l'aventure de la vision". Il y est question des travaux d'Isaac Newton mais aussi de ceux du philosophe anglais John Locke (1632-1704) ;
  • Les peintures et pastels de Chardin sur la Web Gallery of Art ;
  • D'autres grands portraitistes et quelques portraits classés en fonction du sujet représenté, de la finalité et de la composition de l'œuvre sur l'article "Typologie de portraits" ;
  • Zoomez sur la version du Château de cartes de Chardin (vers 1735) de la National Gallery of Art de Washinton.
Bibliographie, liens, choix des images et mise en ligne par Sabine Wetterwald le 16 avril 2009
d'après un texte de Fabrice Lepoutre. Derniers liens ajoutés le 17 avril
Le programme 2008-2009 : Lumières et couleurs du Nord, impressions et variations ;

La carte interactive des journées et voyages de Convivialité en Flandre.

Commentaires (0)add comment

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security image
Entrez les caractères affichés


busy