Conférence : 'Le goût flamand et Piero della Francesca' par Fabrice Lepoutre Imprimer Envoyer

Mardi 20 mai 2008

De 18h00 à 19h30 - Amphithéâtre Schumpeter - Pôle Lamartine de l'Université du Littoral, Dunkerque

 

Le goût flamand et Piero della Francesca

 

Une conférence de Fabrice Lepoutre

 

 

Membres ou non de l'Association Convivialité en Flandre, nos conférences sont ouvertes à tous dans le cadre de l'Université Populaire de la Côte d'Opale, en partenariat avec l'Université du Littoral Côte d'Opale.


 

 

Après des études en école de commerce, Fabrice Lepoutre a été consultant en entreprise. Il a séjourné deux ans à Londres, puis à Berlin et dans d'autres villes européennes. Il a repris des études d'Histoire de l'Art et poursuit après sa Licence un Master 1 à Lille 3 entre deux voyages en Asie.

Ses recherches actuelles portent sur les collections coloniales en Indochine au début du XXe siècle avec l'École Française d'Extrême-Orient. Il revient de Phnom-Penh où il participe à un projet de deux ans avec le Musée National et étudie la perception des différents visiteurs afin de mettre en place une politique valorisant la collection du musée.

Fabrice Lepoutre a étudié un an à Naples et séjourne fréquemment en Italie qu'il a arpentée le plus souvent à pied comme adepte de l'agritourisme.

  
Fabrice Lepoutre

Fabrice Lepoutre devant l'amphi Schumpeter à Dunkerque le 20 mai 2008

  

Des centres artistiques tels qu'Urbin, Mantoue ou Naples ont un rôle primordial dans la diffusion d'idées nouvelles en peinture au XVe siècle.

Piero della Francesca s'approche des subtilités lumineuses de la peinture flamande créées par la superposition de fines couches de glacis transparents. Grâce à la technique perfectionnée de la peinture à l'huile, il va porter à Urbin le goût flamand à sa perfection durant la décennie 1465-1475.


Piero della Francesca, Federigo da Montefeltro et son épouse Battista Sforza, avers du Diptyque Montefeltre, après 1472, huile sur bois, chaque panneau 47 x 33 cm, Galleria degli Uffizi, Florence


 
'Triomphes de Frédéric de Montefeltre et de Battista Sforza'

Piero della Francesca, Triomphes de Frédéric de Montefeltre et de Battista Sforza, revers des panneaux du Diptyque Montefeltre, après 1472, huile sur bois, chaque panneau 47 x 33 cm, Galleria degli Uffizi, Florence

 


 

Les liens entre ces centres sont importants et des peintres comme Piero della Francesca et Antonello da Messina participent activement au développement d'idées originales.

Une hypothèse élaborée par les historiens d'art et généralement admise, indique que la première rencontre entre Piero della Francesca et Antonello da Messine daterait de 1460.

Très tôt des princes mécènes - condottieri - tels les Montefeltre, Malateste ou Gonzague, collectionnent des œuvres de l'Europe du Nord.

Les rencontres entre ces mécènes et artistes contribuent à l'émergence d'une manière particulière de peindre qui complètera le rôle de Florence dans la diffusion de ces pratiques et idées novatrices dans la péninsule.

 
Portrait d'un 'condottiere'

Antonello da Messina, Portrait d'un homme, "Il condottiere", 1475, huile sur bois, 35 x 38 cm, Musée du Louvre, Paris

 

 
'La Communion des apôtres'

Joos van Wassenhove, La Communion des apôtres, 1473-75, huile sur bois, 331 x 335 cm, Galleria Nazionale delle Marche, Urbino

 

Le duc de Montefeltre fait venir des artistes flamands comme Joos van Wassenhove plus connu sous le nom de Juste de Gand ou Joos van Ghent.

Joos van Wassenhove devait posséder des dessins de la Nativité du Triptyque PortinariCommunion des apôtres.

de Hugo van der Goes. Il semble les avoir utilisé ici pour les anges qui planent au-dessus de la composition de cette

Piero della Francesca refusa de réaliser cette œuvre commandée par le duc Frédéric de Montefeltre. Vespasiano da Bisticci (1421-1498), ami du duc, rapporte que celui-ci " ne trouvant pas de maîtres à son goût en Italie capables de colorer à l'huile, dépêcha ses envoyés jusqu'en Flandre pour y trouver un maître solennel et le faire venir à Urbin"...

 

Comment Florence influence-t'elle les autres centres artistiques ?

Comment ces derniers permettent-ils à des peintres modernes tels Piero della Francesca ou Antonello da Messine d'insuffler le nouveau goût à des générations de peintres ?

 

Merci pour votre participation attentive à cette dernière conférence de la saison.

Nous avons été heureux de partager ces moments avec vous en 2007-2008 autour des rapports entre Flandre et Italie.  

 

 

 

À cliquer :

  • Sur la Web Gallery of Art, détaillez l'œuvre de Piero della Francesca.
  • Sur le site Aparences.net, la page sur la Flandre et l'Italie vous en dit plus sur la confrontation des styles, l'art flamand à Naples avec Antonello da Messina, Piero della Francesca et l'apogée du goût flamand à Urbino, l'art flamand à Venise et son rôle dans la peinture de Giovanni Bellini, et les Flamands de Florence. Aparences est écrit avec un seul "p" car l'auteure du site - Ester Amenós Berenguer - a écrit le mot en catalan, clin d'œil à ses origines.
  • Sur le même site, retrouvez les Visconti et Sforza à Milan, les Gonzague à Mantoue avec Mantegna, les Este à Ferrare avec Pisanello, les Aragon à Naples et apprenez le rôle du condottiere sur la page dédiée aux Montefeltre et Della Rovere à Urbino.
  • Des explications (en anglais) sur les portraits des Montefeltre par Piero della Francesca, la famille d'Este par Pisanello ou le Condottiere d'Antonello da Messine dans une belle page à propos de L'art du portrait.
  • Un article sur l'exposition "Jan van Eyck, les Primitifs flamands et le Sud, 1430-1530" qui s'est tenue au Groeningemuseum de Bruges du 15 mars au 30 juin 2002, avec des liens pour visualiser plusieurs des tableaux exposés.
  • Piero était aussi un fin mathématicien. Un article autour des proportions mathématiques du Baptême du Christ.

 

À lire :

 

  • BORCHERT Till-Holger, Le Siècle de Van Eyck, 1430-1530. Le Monde méditerranéen et les Primitifs flamands, Catalogue de l'exposition "Jan van Eyck, les Primitifs flamands et le Sud, 1430-1530, Groeningemuseum, Bruges, 15 mars - 30 juin 2002, Ludion, Gand-Amsterdam, 2002
  • CASTELFRANCHI VEGAS Liana, Italie et Flandres. Primitifs flamands et Renaissance italienne, L'Aventurine, Milan, 1983, Paris, trad. 1995
  • JULLIAN Martine, « La ville d’après van Eyck et Fra Angelico, description d’une réalité ou vision idéale » in Sandra Costa, Représentations et formes de la ville européenne, le patrimoine et la mémoire, L’Harmattan, 2005, pp. 47-48
  • LONGHI Roberto, Piero della Francesca, Hazan, 1989

 

 

 

 

Commentaires (0)add comment

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security image
Entrez les caractères affichés


busy