Valenciennes, l'exposition 'La représentation de l'invisible' et 'Pharaon' en novembre 2007 Imprimer Envoyer
Index de l'article
Valenciennes, l'exposition 'La représentation de l'invisible' et 'Pharaon' en novembre 2007
2 - La visite de l'exposition "La représentation de l'invisible" avec 19 images
Toutes les pages

Expo Pharaon, homme, roi, dieu

 

Jeudi 22 novembre 2007 

Visite de Valenciennes

 

 

 

 

L'exposition La représentation de l'invisible et l'exposition Pharaon. Homme, roi, dieu

Valenciennes est Capitale régionale de la Culture en 2007 et accueille à ce titre deux expositions prestigieuses.

  • 9h15 Accueil avec collation sur la Place d’Armes

  • 10h Visite de l’exposition La représentation de l'invisible - Trésors de l'enluminure romane en Nord-Pas de Calais à la Bibliothèque municipale de Valenciennes par Sylvie Margossian, Assistante de conservation.
    Des manuscrits somptueux comme la Bible de Saint-Vaast d’Arras ou les Vies de saint Amand.

  • 12h30 Visite guidée de l'exposition Pharaon. Homme, roi, dieu au Musée des Beaux-Arts de Valenciennes.
    Près de 250 oeuvres présentes dont 70 pièces exceptionnelles prêtées par le Musée du Caire et le Musée du Louvre : colosse de Toutânkhamon, buste de Thoutmosis IV, statue de Khéphren assis, coffret portant les cartouches d'Aménophis III, représentation d'un pharaon victorieux sur son char, stèle de Dédia et Louy et Trésor de Tanis.

  • 14h Repas au restaurant L’Escargot, Place d’Armes 

  •  
  • 15h30 Promenade-découverte guidée d’un quartier de Valenciennes :

    - L'hôtel de ville de Valenciennes, fronton de J-B Carpeaux, statues allégoriques d'Henri Lemaire
    - L'église Saint-Géry dans le style "Troubadour" (gothique romantique)
    - La Tour de la Dodenne  destinée à interdire l'accès aux remparts par le lit de la rivière La Rhonelle.
  •  
    La Bibliothèque des Jésuites
    La Bibliothèque des Jésuites de Valenciennes
     

 À cliquer :

 

         Ne manquez pas  la suite de l'article avec le compte-rendu de l'exposition "La Représentation de l'invisible" par Monique.

 
Création de la page par Sabine le 10 novembre 2007, dernière actualisation le 24 novembre 2008


 

Amand et Baudémond

Jeudi 22 novembre 2007
Page 2 : Exposition à Valenciennes : La représentation de l'invisible
Trésors de l'enluminure romane  en Nord - Pas-de-Calais


 

 

  

 

 Les photos sans flash sont autorisées dans la Bibliothèque. Elles sont prises par Christine Joseph. L'exposition a lieu du 15 octobre au 31 décembre 2007. Marie-Pierre Dion-Turkovics en est le commissaire. Elle est réalisée avec le concours de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (C.N.R.S.), de la Bibliothèque nationale de France, des bibliothèques de la région, de la Direction régionale des affaires culturelles du Nord – Pas-de-Calais, et de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, avec le soutien de BNP Paribas.

La Bibliothèque de Valenciennes présente quarante manuscrits romans du nord de la France. L'exposition révèle la richesse et le prestige des collections de peinture médiévale conservées dans les bibliothèques des villes du Nord - Pas-de-Calais.

Les textes de cette page sont inspirés du catalogue de l'exposition (voir en bas de page) et des commentaires de madame Sylvie Margossian, Assistante de conservation, avec les notes prises lors de la visite guidée.


La représentation de l'école d'Athènes

Une représentation de L'École d'Athènes dans la Salle des jésuites


La Bibliothèque Municipale est installée dans l'ancien collège des jésuite, fondé au début du XVIIe.

De chaque côté de la salle des jésuites, les six tympans des voussoirs abritent les portraits de trente-six pères jésuites, méthodiquement groupés par trois, selon la discipline dans laquelle ils se sont illustrés.

Deux grandes compositions allégoriques, inspirées des célèbres compositions de Raphaël, se font face aux extrémités de la voûte principale :

la représentation de L’Ecole d’Athènes et celle de La Dispute du Saint-Sacrement y symbolisent l’accord de la pensée héritée de l’Antiquité et de la spiritualité chrétienne auquel espère parvenir un ordre religieux pénétré de culture classique.


La lettrine enluminée

Lettrine enluminée, "Saint Augustin", Commentaires sur les psaumes


L'époque romane est l'âge d'or de la lettre ornée qui développe une grande richesse. Les enlumineurs laissent libre cours à leur imagination et utilisent une importante variété de couleurs et d'éléments décoratifs.

(rinceaux, feuillages, entrelacs, grotesques, animaux et personnages divers), allant jusqu'à insérer des représentations figurées.

Le corps du palmiste constitue un jambage de la lettre à cadre composite. Il s'élance vers l'effigie du Christ, traduisant son ardente inspiration à s'élever spirituellement et son désir d'échapper aux tourments d'ici-bas incarnés par le dragon menaçant.


   
Evangiles d'Hénin-Lietard

Évangiles dits Évangiles d'Hénin-Lietard

 

L'enluminure se caractérise aussi par la relation spirituelle qui l'unit au livre c'est-à-dire à des signes d'écriture et à un texte dont elle facilite l'approche, la lecture et la compréhension.

Le livre n'est pas seulement un objet précieux où la lumière de l'or et des couleurs évoque la transcendance, mais un objet sacré, porteur de la Parole divine transmise aux hommes.

Les pages blanches ne sont pas couvertes d'écriture, encore moins d'images, car les auteurs, évangélistes ou commentateurs, ne sont que les porte-voix de Dieu.

Tournée vers la droite, la silhouette de saint Matthieu frappe par la richesse de sa robe verte bordée et ceinte d'or et, par dessus un manteau rouge à motifs orfévrés.

La Vierge tient un médaillon figurant la Christ et un vieillard - le patriarche Abraham- porte un médaillon figurant Isaac.

Sur les côtés, les personnifications de l'Humilité et de la Foi.

 


Portrait de Saint Marc   Saint Marc écrivant   Les Quatre Vivants

"Portrait de Saint Marc écrivant", Évangiles de Lessies, Abbaye de Lessies, XIIe


Saint Marc écrit sur un phylactère vierge, posé sur un pupitre pliant.

La colombe de l'Esprit Saint l'inspire en pointant son bec vers l'oreille de l'évangéliste.

Aux pieds de Marc, se tiennent les Quatre Vivants appuyés sur des roues, directement inspirés de la vision d'Ezéchiel, lui même logé dans un demi médaillon placé dans le montant gauche.

Le tétramorphe, ou Quatre Vivants, représente les quatre animaux ailés tirant le char de la vision d'Ezéchiel. On les retrouve dans L'Apocalypse de Jean.

Plus tard les Pères de l'Eglise en ont fait l'emblème des quatre évangélistes : le lion pour Marc, le taureau pour Luc, l'homme ou l'ange pour Matthieu et l'aigle pour Jean.

  • Consultez le Chapitre 1 du Livre d'Ezéchiel sur une Bible en ligne.


  • Evangiles, Abbaye de Saint-Bertin

    Évangiles, Abbaye de Saint-Bertin, vers l'an mil, Boulogne-sur-mer


    Deux anges profondément inclinés adorent ce Christ inscrit dans une mandorle pointue accroché au "I" monumental.

    Il bénit de la main droite et tient un livre qu'il serre sur sa poitrine.

    L'image est surmontée d'une légende inspirée de L'Apocalypse : "Je suis l'Alpha et l'Oméga, le début et la fin dit le Seigneur Dieu qui est, qui était et qui vient, le Maître tout-puissant."


      Psautier d'Odbert   Psautier d'Odbert

    Psautier glosé, dit Psautier d'Odbert, Boulogne-sur-mer


    Deux quadrilobes servent de chapiteaux à une grande arcade parcourue par un rinceau habité alors que deux trilobes soutiennent l'ensemble.

    Ils sont consacrés à quatre scènes de la vie de David.

    Cette arcade abrite un grand "B" consacré à une Pentecôte. Dans la panse supérieure de la lettre, siège en majesté un Christ bénissant et tenant un livre.

    Dans la panse inférieure, une Colombe blanche, bec dirigé vers la gauche, descend sur les apôtres assis, au nombre de douze, clairement répartis en deux groupes.


     

    La peinture représente l'élévation de l'âme de Lambert, abbé de Saint-Bertin.

    Plus haut le Christ nimbé dans une mandorle tient un phylactère où s'inscrit une sorte d'épitaphe à l'adresse de son fidèle abbé.

    Une femme couronnée portant un vase et un pain symbolise la Charité et se dresse au-dessus de la Vierge qui offre à son fils un modèle en réduction de Notre-Dame, l'église érigée dans l'abbaye par les soins de Lambert. À sa droite, la patience, les mains liées.

     
    Saint Augustin

    "Saint Augustin", Confessions, Saint-Omer, Abbaye de Saint-Bertin, seconde moitié du XIe ou XIIe siècle

     
    Le Missel de Cambrai réalisé dans les années 1120, comporte 410 folios.

    Agneau dans un médaillon    Trône de grâce

    "Agneau" et "Trône de grâce", enluminures du Missel de Cambrai, vers 1120, Cambrai, Bibliothèque mun., ms. 234, f. 1v et 2r


    À gauche, une initiale ornée contient une croix avec l'Agneau dans un médaillon tenu par deux anges.

    En vis-à-vis, dans la mandorle centrale, Dieu siège en majesté. Les symboles des Quatre Vivants de la vision du prophète Ezéchiel se retournent pour contempler Dieu et symbolisent les quatre évangélistes.

    Le Christ en croix est soutenu des deux mains par Dieu tandis que l'axe vertical de la croix passe entre ses genoux. La colombe joint de ses ailes déployées les bouches respectives du Père et du Fils.

    C'est l'une des premières représentation de la Trinité caractéristique de l'art chrétien d'Occident appelée Trône de Grâce. La figure du père se distingue nettement de celle du Christ : Il est barbu tandis que la chevelure du Fils tombe en vagues sur ses épaules et qu'Il est imberbe.

    - Zoomez sur l'image et détaillez l'origine de cette figuration du Trône de Grâce avec le site Le Moyen Âge en lumière.


    la cité de Dieu   Patriarches et prophètes   Le Jugement dernier
    Saint Augustin, La Cité de Dieu, "Patriarches et prophètes" et détail du "Jugement dernier"

    L'enluminure s'ordonne en structure verticale terminée par un bâtiment gardé par des anges et occupé par une allégorie féminine dans un médaillon circulaire.


     
    Sacramentaire
    Sacramentaire, Abbaye de Saint-Amand
     

    La miniature représente le Christ en croix, pieds joints, avec à sa gauche saint Jean et à sa droite la Vierge, tous deux debout avec une expression de douleur contenue.

    Aux pieds du Christ, Adam sort de son tombeau car, selon la légende, il aurait été enterré sur les hauteurs du Golgotha.

    Au-dessus de chaque branche de la Croix, un ange, ailes déployées à côté d'un croissant où s'inscrit un profil humain - personnification du soleil et de la lune - encense le crucifié.

    On est avant tout frappé par la science de l'anatomie du peintre, en particulier dans la représentation du torse nu du Christ ; mais l'enlumineur est aussi un remarquable portraitiste, alliant beauté et expressivité des traits.

    Attribuée au "Maître byzantinisant", il semblerait qu'elle soit l'œuvre du "Maître de la Crucifixion".

    Son style se caractérise par une combinaison d'éléments byzantins et d'influences anglaises, en particulier l'emploi des couleurs dégradées et le traitement du relief et du mouvement par un jeu d'ombre et de parties claires dans les vêtements et surtout les chairs.



    Angelome de Luxeuil    Edifices religieux
    Angelome de Luxeuil, Commentaires sur le Livre des rois, 1140-1170, Cambrai, Médiathèque municipale, ms. 466, f. 1, la Ville de Jérusalem

    Ce dessin à la plume représente avec exactitude topographique, Jérusalem. Les lignes ondulées qui entourent les trois côtés figurent les reliefs, ainsi que les pentes du Mont des Oliviers à l'est.

    Le complexe du Saint Sépulcre achevé vers 1150 est désigné par son nom grec Anastasis (Résurrection). Y figurent l'édicule du tombeau du Christ et les chapelles du Golgotha et du Calvaire.

    Le plan a été placé devant un commentaire du Livre des Rois, en tête d'un recueil, ayant appartenu à l'abbaye Saint-André du Cateau, fondation de l'évêque de Cambrai en 1025. Un chanoine de Saint-Géry détaille l'itinéraire de la procession des Rameaux, exacte réplique de celle qui se déroulait dans la Jérusalem franque.


    Louanges à la Sainte Croix
    Louanges à la Sainte Croix, Abbaye Saint-Sauveur, Anchin, vers 1175, Douai, Bibliothèque municipale, ms. 340, f.11

    Raban Maur, intellectuel réputé, choisit la forme d'un poème figuré, carmen figuratum, qui donne à chaque lettre une place précise.

    Ainsi dans le premier chapitre, le texte latin se lit dans la suite normale des lignes. Une seconde lecture permet d'extraire de nouvelles phrases dans les parties du corps ou du vêtement du Christ.

    Dans l'auréole, on lit Rex regum, Dominus dominorum.

    Dans la chevelure, Iste est Rex iustitia.

    Raban fait preuve d'une solide réflexion théologique, d'une parfaite maîtrise du latin et d'une grande habileté intellectuelle.


    À lire :

    • DION-TURKOVICS Marie-Pierre (dir.), La représentation de l'invisible. Trésors de l'enluminure romane en Nord - Pas-de-Calais, Catalogue de l'exposition, Bibliothèque multimédia de Valenciennes, octobre 2007, 100 p., 50 ill., disponible à la Bibl. de l'Asso.
      Marianne Besseyre, François Boespflug, Denis Escudier, Jean-François Goudesenne, Christian Heck, Pierre-Jacques Lamblin, Priscillia Pelletier-Gazeilles, Françoise Simeray, Yolanta Zaluska sont les contributeurs de cet ouvrage collectif.

    À cliquer : 

    • Le dossier de presse en 18 pages pour l'exposition La représentation de l’invisible. Les visuels sont à la page 6.
    • Le site de la Bibliothèque de Valenciennes.
    • Une page de la BnF sur l'école franco-saxonne à l'Abbaye de Saint-Amand.
    • Les feuilletoirs des manuscrits 502, 501, 500. Le double portrait du folio 58v choisi en logo sur la page principale de Valenciennes correspond à la page 118 du feuilletoir du manuscrit 501, la deuxième Vie de saint Amand. N'hésitez pas à utiliser la puissante loupe virtuelle à votre disposition pour vous promener dans l'image.
    • Fabuleux : 382 manuscrits conservés à Valenciennes sont en ligne sur la Base Enluminures du Ministère de la Culture. Feuilletez, zoomez, et régalez-vous. L'enluminure présente sur la carte de voeux envoyée aux adhérents est au folio 62 du ms. 122. 
     
    Création de la page par Monique le 30 novembre 2007, dernière actualisation par Sabine le 24 novembre 2008
    Commentaires (0)add comment

    Ecrivez un commentaire
    Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

    security image
    Entrez les caractères affichés


    busy