Imprimer Envoyer

Mardi 18 janvier 2011

Auditorium du LAAC à 18h00 - Accueil dès 17h30

Jardin des sculptures, Dunkerque

Le cri expressionniste allemand,

Une conférence de Marie-Thérèse Champesme

Membres ou non de l'Association Convivialité en Flandre, nos conférences sont ouvertes dans le cadre de notre partenariat avec les musées et la Ville de Dunkerque.
Le tarif plein est de 6 €, le tarif réduit est de 3 € pour les membres de l'Association, l'accès est gratuit pour les scolaires et étudiants.
Nous acceptons les " Passeports Senior ".
Des visites d'expositions en cours au musée des Beaux-Arts ou au LAAC sont proposées avant les conférences. Ce jour, visite guidée au LAAC de l'expostion Marines, Eugène Leroy, une série de vingt-quatre aquarelles de l'artiste, réalisées pour la plupart lors de ses séjours sur
la Côte d'Opale. Vous pouvez télécharger le
dépliant d'inscription.

Après une conférence sur l'approche plurielle d'artistes photographes contemporains, en janvier 2010, Marie-Thérèse Champesme propose à partir de séquences vidéo, sa lecture du courant expressionniste allemand . Elle enseigne l'histoire de l'art et de la danse à l'Université du Littoral Côte d'Opale à Dunkerque. Elle y est responsable du Master Culture Création artistique et Développement du Territoire.

Elle est également commissaire d'expositions.

ee


o

Marie-Thérèse Champesme

L'expressionnisme est un mouvement artistique et culturel européen, apparaissant dans les premières années du XXe siècle en France (Le Fauvisme) et en Allemagne (Die Brücke).
L'idée fondamentale est d'exprimer un réalisme cru et parfois déformant, avec des couleurs violentes employées en puissants contrastes.
Leurs maîtres sont principalement Van Gogh, Cézanne, Ensor, Spilliaert et Munch pour le mouvement allemand Die Brücke.

Edvard_Munch_Le_Cri_1893,huile_tempera_ pastel_sur_carton_91 _ 3.5 cm._Nasjonalgalleriet,_Oslo_ Norway

Edvard_Munch_Le_Cri_lithographie_1895_Munch Museum, Oslo, Norway

Edvard Munch,  Le cri, 1895
dans ses différentes versions picturales et graphiques, peut être considéré comme le symbole de l'expressionnisme.
C'est une illustration particulièrement saisissante de l'angoisse et, comme chez Leon Spilliaert et Arnold Schönberg,
cela est fait en montrant un visage difforme, plus fantomatique qu'humain,
visage surtout marqué par des yeux contractés par la terreur.

L’expressionnisme allemand est représenté par deux groupes d'artistes, l’un au nom prédestiné Die Brücke (le pont) formé à Dresde le 7 juin 1905, et l'autre Der Blaue Reiter (Le Cavalier bleu) formé à Munich en 1911.

Le mouvement Die Brücke est fondé par quatre étudiants en architecture à Dresde qui pratiquent en autodidactes le dessin et la peinture : Ernst Ludwig Kirchner (1880-1938), Fritz Bleyl (1880-1966), Erich Heckel (1883-1970) et Karl Schmidt-Rottluff (1884-1976).

Ernst Ludwig Kirchner, 
Eine Kunstlergemeinschaft, 1927,
exposée au Ludwig Museum de Cologne, représentant les peintres de Die Brücke. 
De gauche à droite : Otto Müller, Ernst Ludwig Kirchner,  Erich Heckel, Karl Schmidt-Rottluff

Ernst_Ludwig_Kirchner_Eine_Künstlergruppe_1927_huile_sur_toile_168×126cm_Museum_Ludwig_Köln



Erich Heckel,
Affiche pour la première exposition commune à Berlin en mai 1910


.Erich Heckel, 1ere affiche d'expostion, gravure sur bois, 1910

Ils veulent rompre avec la tradition figurative ressentie comme figée et oppressante et désirent jeter un " pont " entre les mouvements intérieurs de l'artiste et la réalité extérieure.  

Portés par leur désir de voir s'effondrer la vieille Europe et sa culture bourgeoise, de jeunes artistes de Dresde se mirent, dès le milieu des années 1900, à peindre des toiles aux couleurs aussi vives que celles de leurs contemporains français, les Fauves.
La guerre, que certains avaient appelée de leurs voeux, fut l'immense boucherie de 14-18. Elle les laissa traumatisés.  Leur fol espoir empli d'utopie fit place à la révolte ou à la dépression.

Le nu, symbole de l'état paradisiaque initial, est leur motif préféré mais ils peignent tous les sujets classiques comme les paysages, natures mortes ou portraits, surtout des décors urbains. 
Aussi ont-ils une certaine attirance pour l'art primitif. Les contrastes spectaculaires des blancs et noirs de leurs gravures sur bois sont particulièrement saisissants.

Ernst Ludwig Kirchner fut considéré comme le peintre représentant le mieux Die Brücke. 
Il retraça les rues et la vie urbaine dans des formes nouvelles et originales. Ses formes sèches et aiguës ainsi que ses couleurs acides sont caractéristiques de sa peinture.


Ernst_Ludwig_Kirchner_scene_de_rue1913_1915BrückeMuseumBerlin

Karl_Schmidt_Rottluff_Fille_devant_un_miroir1915_Centre_Pompidou_Paris
Erich_Heckel_Paysage_pres_de_Dresde1910 Ernst_Ludwig_Kirchner_Pont_sur_le_Rhin_a_Cologne1914

Emil Nolde (1867-1956) et Max Pechstein (1881-1955) s'y sont associés en 1906, et Otto Müller (1814-1930) en 1910.
Le fauviste Kees Van Dongen se rapprocha également du groupe et fut ainsi l'intermédiaire entre le groupe et ses amis français.


Emile_Nolde_Danse_autour_du_veau_d'or1910huilesurtoile88x105.5cmStaatsgalerie_moderner_Kunst_Munich
Max_Pechstein_Deux_nus1909 0tto_müller_deux_jeunes_filles_nues_dans_un_paysage1924 ono  

Pendant plus de vingt ans, ce cri expressionniste a traversé la création artistique allemand, qu'il s'agisse de danse, de peinture, de gravure ou de cinéma.

Robert Wiene, Le cabinet du docteur Caligari

Le film Le Cabinet du docteur Caligari est réalisé en 1920 par l'allemand Robert Wiene, un des premiers metteurs en scène introduisant clairement des éléments expressionnistes au cinéma, telles que les formes découpées.
ccccc

Fritz Lang, Metropolis
Metropolis est un film expressionniste réalisé en 1927 par le réalisateur autrichien Fritz Lang, le film est muet et en noir et blanc.

Tout en insistant sur le groupe des peintres de Dresde, Die Brücke, la conférencière a démontré comment la même énergie se retrouve dans les autres arts, marqués par les mêmes désirs de libération : celle de l'art qui rompt avec des formes jugées désuètes et trop douces, celle du corps qui tente à cette époque de s'affranchir des contraintes, celles de la société tout entière, dont les artistes condamnent les injustices et la corruption.

Nous avons été heureux de vous rencontrer nombreux.
L'auditorium du LAAC était comble pour cette première conférence de l'année 2011.
M
erci aux adhérents de Convivialité en Flandre mais aussi aux extérieurs  à l'Association.

 

À lire :

  • Fauvisme et expressionniste allemand : collection Wuppertal dans la revue Connaissance des arts, octobre 2009 ;
  • L'art au XXe siècle, I. Les avant-gardes, Frederico Poletti, traduit de l'italien par Dominique Férault, Ed. Hazan, 2006 ;

À cliquer :


Rédaction et mise en ligne par Agnes Réant-Rosseel, le 6 février 2011,
dernières références bibliographiques ajoutées

Le programme 2010-2011 : Dialogue des arts, regards vers l'Est ;
La carte interactive des journées et voyages de Convivialité en Flandre.