L'expo "Figures du corps" et le Cogito de Descartes Imprimer Envoyer

Paul Richer, 'Buste de Descartes', détail du moulage

Cogito...


" Cogito ergo sum."

“ Je pense, je suis. ”

Gautier-Dagoty, 'Femme disséquée de la nuque au sacrum'

Descartes a voulu développer une méthode scientifique, basée sur le doute systématique pour parvenir à la recherche de vérités. L'expression « je pense, je suis » apparaît dans le Discours de la méthode (quatrième partie) et dans Les Principes de la Philosophie (numéros 7 et 10).

L'exposition exceptionnelle bien que peu médiatisée de l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts (ENSBA) « Figures du corps - une leçon d’anatomie aux Beaux-Arts », se déroule à Paris jusqu'au 4 janvier 2009. Cette école prestigieuse fut créée en 1648 et s'appelait alors l’Académie royale de peinture et de sculpture.

Les deux étages des galeries d'exposition permettent d'exhiber une très grande variété d'objets d'art organisés en six thèmes : L’héritage de la Renaissance, Le corps enseigné, La prose des formes, L’animal et l’homme, La science comme modèle et La quête du mouvement. Le site de l'ENSBA vous en dit plus sur l'exposition.

On y rencontre des œuvres étonnantes tels l’Écorché de Michel-Ange ou celui de Houdon, des dessins anatomiques de Vinci, Dürer,  Bandinelli ou Géricault issus des récentes dissections, le De Humani corporis fabrica de Vésale, des squelettes d'animaux ou les fameuses expressions des passions de l'âme de Charles Le Brun.

Paul Richer, 'Buste de Descartes'

Les premiers films de Marey, les neuf volumes d'Animal Locomotion de Muybridge acquis par l'École en 1901, retracent la quête de la capture du mouvement déjà évoquée lors de ma conférence sur l'Histoire de la photo.
Les thèmes choisis balaient tout le matériel qui a pu servir à l'élaboration des représentations du corps, et c'est bien là la vocation d'une Académie des beaux-arts.

Ce Buste de Descartes créé par Paul Richer en 1912  m'a subjuguée. Le sculpteur était l'assistant de Charcot à la Salpêtrière et fut nommé professeur d’anatomie à l'École. Richer a imaginé des éléments mobiles : la calotte des cheveux se déboîte ainsi que le devant du visage pour laisser apparaître un moulage du  crâne  en plâtre, façonné paraît-il d'après le crâne réel de Descartes.

À l'aide de chronophotographies d’athlètes réalisées avec Albert Londe, c'est ce même Paul Richer qui avait publié Physiologie artistique de l’homme en mouvement en 1895 avec les dessins montrant la décomposition d’une figure descendant un escalier dont Marcel Duchamp s'inspire plus tard pour son Nu descendant l'escalier. Il est aussi l'inventeur du phénakistiscope capable de synthétiser la course.Richer dessine le crâne éclaté de Descartes

Si vous passez près du Louvre, allez donc voir cette exposition intelligente et passionnante. Pour 4 € (et même 2,50 € avec ma carte de famille nombreuse), vous passerez un moment magnifique en engrangeant des images que vous ne serez pas prêts d'oublier lors de cette promenade dans un gigantesque cabinet de curiosités moderne.

  • Le catalogue de l'exposition (45 €),  longtemps feuilleté, est remarquable avec des textes rédigés par des philosophes, historiens ou historiens d'art reconnus comme Jean Clair, Philippe Comar, Alain Jaubert ou Nadeije Laneyrie-Dagen. Il a reçu le Prix Bernier 2008 de l'Académie des beaux-arts. Je me suis interdit de l'acheter, faute de place dans les étagères de ma bibliothèque et le regrette déjà. Quelle différence d'objectifs dans sa conception avec le catalogue de l'exposition "Picasso et les Maîtres" (voir l'autre citation de la semaine 48) qui est surtout une suite d'images juxtaposées ! Au contraire, le livre dirigé par Philippe Colmar est une mine d'articles à vocation pédagogique et il fera date.
  • Le dossier "Le corps figuré" du Mag arts propose des informations sur les figurations du corps et ses représentations dans l’art du XXe siècle  et vous intéressera probablement. Il est conçu pour les enseignants d’arts plastiques.
  • Logo d'Europeana

  • Connaissez-vous le nouveau site européen Europeana ?
    C'est une méga-gigantesque-ahurissante base de données-médiathèque qui fera concurrence à l'Américain Google.
    Tout a sauté en raison des trop nombreuses connexions lors de son lancement (10 millions de clics par heure) et le site n'est plus accessible pour le moment. Il rouvrira probablement mi-décembre avec des serveurs plus puissants qui supporteront des millions de clics. Mettez-vous en appétit et partez en voyage en attendant la réouverture du site Europeana. Allumez vos baffles et profitez d'une vidéo avec Descartes montrant les possibilités virtuelles de cet ambitieux projet futuriste.

Création de la page par Sabine Wetterwald le 1er décembre 2008,

dernière actualisation le 14 décembre

Le programme 2008-2009 de Convivialité en Flandre : Lumières et couleurs du Nord, impressions et variations

Commentaires (0)add comment

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security image
Entrez les caractères affichés


busy