Imprimer Envoyer
Index de l'article
Voyage à Florence : cinq jours avec les Médicis en juin 2008
2 - Le programme détaillé des 5 jours à Florence
3- L'histoire de la ville de Florence
4 - Les architectes de Florence
5 - Les peintres et sculpteurs de Florence (31 images)
Toutes les pages

 

Cinq jours à Florence en juin 2008
avec Convivialité en Flandre
3 - L'histoire de la ville de Florence


 

 

La ville de Florence est tout simplement unique. Aucune ville n'a accueilli autant d'artistes et ne recèle autant d'oeuvres d'art. Les textes de cette page sont inspirés de différents guides (références en bas de page).

La fondation

 

Le Printemps (1482)
Le Printemps, Sandro Botticelli, panneau de bois, 2,03m x 3,14m

Après s’être emparé de la cité étrusque de Fiesole, Jules César édifie en 59 av J.C. un camp pour les vétérans de l’armée sur les rives de l’Arno.

Le nom de Florenzia se réfère sans doute à la saison qui vit sa construction, la période des Ludi Floréales célébrant la déesse Flora.

La ville connaît la prospérité.

Flore, déesse des fleurs, est l'épouse de Zéphyr (le vent) qui l'aime et la fait jouir d'un printemps éternel. Elle est toujours représentée la tête et les mains chargées de fleurs.

La vie de Alessandro Di mariano Filipepi, surnommé Botticelli sur un site "Renaissance, Nostalgie d'un passé révolu".

 

Naissance de la Toscane

En 800, Charlemagne prend la tête de l’Empire d’Occident qui comprend le duché de Toscane. Celui-ci est composé de la Toscane, l’Ombrie et d’une grande partie du Latium.
La résidence du marquis de Toscane est transférée à Florence sous le marquis Ugo (953-1001).
Au cours du XIIe siècle, le duché dirigé par la comtesse Mathilde Canossa (1046-1115), acquiert une indépendance presque totale.
C’est dans son château qu’Henri IV excommunié, ira demander pardon au pape Grégoire VII en 1077.

Canossa

Depuis déjà plusieurs années, les empereurs germaniques se sont institués protecteurs de l'Église et n'hésitent pas à nommer eux-mêmes les papes.
Pendant la minorité d'Henri IV,un moine clunisien du nom d'Hildebrand, conseille au pape Nicolas II de modifier le régime de l'élection pontificale, en écartant toute prérogative impériale !
En 1073, devenu pape sous le nom de Grégoire VII, il entre en conflit avec Henri IV.
En 1076, lors du synode de Worms, Henri IV fait déposer Grégoire VII qui répond en excommuniant l'empereur.
La situation de l'empereur devient si critique, qu'il doit finalement s'incliner : le 22 janvier 1077, à Canossa, il paraît devant Grégoire VII en habit de pénitent.
Canossa
Grégoire VII, Henri IV, Mathilde à Canossa, enluminure, 1114, Rome

L'épisode célèbre de la lutte entre le pape Grégoire VII et l'empereur Henri IV à Canossa sur le site "Hérodote, Naissance de l'Europe".

Guelfes et Gibelins

Frédéric II Hohenstaufen
Frédéric II Hohenstaufen et l'aigle
Au XIIIe siècle, le duché de Toscane se trouve au cœur des divisions entre les gibelins, partisans de l’influence impériale issus de la noblesse traditionnelle, et les guelfes, alliés de la papauté, représentants de la nouvelle classe des marchands.
La querelle prend naissance en Allemagne. Deux familles illustres de ce pays, ayant pour chefs, l'une Conrad, fils de Frédéric de Hohenstaufen, duc de Souabe, seigneur de Wiblingen (d'où par corruption Gibelin), l'autre, Henri le Superbe, duc de Saxe, se disputent la couronne impériale.
Ces querelles sont transportées en Italie.
Le parti des Guelfes se scinde entre Blancs et Noirs : les noirs reconnaissent à la hiérarchie papale une autorité dans les affaires temporelles ; les Blancs sont plus proches d’une conception républicaine du pouvoir.
Florence continue cependant à prospérer grâce à l’essor des activités bancaires et textiles.

 

Peste, rébellion et arrivée des Médicis

Laurent le Magnifique Cosme de Médicis Laurent le Magnifique

Florence et la dynastie des Médicis


De 1341 à 1346, plusieurs banquiers font faillite et la peste de 1348 qui décime la moitié de la population, aggrave la récession économique, ce qui conduit au « Tumulte des Ciompi » soulèvement des ouvriers de la laine réclamant le droit de s’organiser en corporation.
Les conflits avec les cités voisines se poursuivent et, en 1430, Florence contrôle la majeure partie de la Toscane.
Giovanni di Bicci de Médicis fonde la puissance financière de la célèbre famille.
Les Médicis se succèderont à la tête de la cité jusqu’en 1494.
En 1434, le fils de Giovanni di Bicci de Médicis, Cosme l’Ancien, prend le pouvoir, et favorise la vie intellectuelle et les arts.
Laurent le Magnifique (1469-1492), son petit-fils, attire artistes, architectes, poètes et lettrés de toute l’Italie.
A sa mort, les Médicis sont ruinés et la ville entame une période de déclin.

Retrouvez Florence et la dynastie des Médicis sur le site Apparences.

Du chaos à l'unité

La Florence moderne

Machiavel (Niccolo Machiavelli ; 1469-1527) ) occupe la fonction de secrétaire à la chancellerie sous la république florentine (sorte de ministère chargé des relations extérieures).
En 1512 les Médicis reprennent le pouvoir et le bannissent de la ville. Il écrit plusieurs ouvrages dont Le Prince, dédié à Laurent de Médicis. Machiavel espérait entrer dans ses grâces. L'objet de son étude est l'exercice du pouvoir. Il explique comment on se l'approprie et comment le maintenir.
Machiavel souhaite le renforcement et l’unification de l’Italie (c’est d’ailleurs sur ce thème que s’achève Le Prince) autour d’une personne capable de la réaliser.
Au dernier chapitre du Prince, Machiavel exprime son désir de voir l'Italie débarrassée des invasions étrangères et revenir à ces temps où elle "était dans une certaine mesure équilibrée".
La politique a une fin (le bien général) et cette fin justifie les moyens qui vont être employés pour l’atteindre.
Machiavel prône un gouvernement pragmatique, détaché de la morale et de la religion, ayant parfois recours au mensonge ou à la force en vue d’apporter à terme le bien général.
Machiavel
Ce portrait posthume de Machiavel est exposé au deuxième étage du Palazzo Vecchio à Florence, dans son ancien bureau de Secrétaire des Dix.

 

Cosme 1er
Portrait de Cosme Ier de Médicis, tempera sur bois, 1545, par Angelo di Cosimo ou Agnolo di Cosimo (1503-1572, Florence), dit aussi Il Bronzino
Florence échoit à Cosme (1519-1574). Protégé par Charles Quint, il instaure un véritable principat et devient duc de Florence après la conquête de Sienne en 1555 puis grand-duc de Toscane.
La crise économique s’aggrave, la misère s’abat sur les couches populaires. Les Médicis règnent jusqu'en 1737.
Parmi les autres membres de la famille Médicis se trouvent deux reines de France : Catherine de Médicis (1519-1589) épouse du roi Henri II, et Marie de Médicis (1573-1642) femme d'Henri IV.
Le grand duché passe à la Maison de Lorraine qui lui rend sa gloire passée. Il voit affluer les membres de la bonne société européenne.
Imprégnée de culture anglaise et à l’écoute des nouveautés parisiennes, riche d’un groupe d’intellectuels novateurs, partisans d’un libéralisme modéré, Florence est alors la capitale culturelle d’une Italie en passe d’être unifiée.
En 1865, dans l’attente que Rome soit enlevé au Pape, Florence est choisie comme capitale du jeune royaume d’Italie.
Cinq ans plus tard, lorsque Rome tombe, Florence fortement endettée entre dans une longue période de récession.

 

Savonarole
Girolamo Savonarola, par Fra Bartolomeo, 1498, bois 47 x 31 cm, Florence, Museo di San Marco
Le prédicateur dominicain, Savonarole ( Girolamo Savonarola ; 1452-1498) incite chaque citoyen à se réformer lui-même pour mener une vie pieuse.
Il s'en prend à la Florence des Médicis, amoureuse de la richesse et des arts, et plus encore à la papauté.
A Florence, en février 1491 il prêche pour la première fois dans le dôme de Santa Maria Del Fiore et le même mois, il devient prieur de San Marco.
Le 7 février 1497, Savonarole organise un grand « bûcher des vanités » Place de la Seigneurie, dans lequel sont jetés tous les attributs du luxe : jeux, instruments de musique, œuvres d'art, jusqu'aux ouvrages de Boccace et Pétrarque. Beaucoup d'artistes sont contraints à l'exil.
Il est excommunié, livré à l'Inquisition, jeté en prison, torturé, condamné et le 23 mai 1498 il est brûlé sur la place de la Seigneurie à Florence.

 

Le Ponte Vecchio (le Vieux Pont)
Le Ponte Vecchio est le pont le plus célèbre de la ville de Florence


Au début du XXe siècle Florence redevient le premier pôle de la culture italienne.
La Première Guerre mondiale favorise l’entrée au pouvoir de Mussolini (1883-1945).
Florence tombe dans le fascisme entre les deux guerres et est sérieusement endommagée au cours de la Seconde Guerre.
En se repliant, les Allemands font sauter tous les ponts la nuit du 4 août 1944 à l’exception du Ponte Vecchio épargné par l’ordre du maréchal Kesselring.
En 1966, les inondations causent des dégâts considérables sur le patrimoine de la ville. Depuis cette catastrophe, Florence est devenue un pôle majeur en matière de restauration d’art.

Gouvernement et politique

Florence (Firenze) est le chef-lieu de la Toscane qui compte dix provinces portant le nom de leur chef-lieu.
La « commune » (comuni) de Florence se repère aux panneaux de signalisation sur lesquels Firenze est traversé par une ligne rouge.

Elle comprend cinq Conseils de quartier (quartieri). Le maire (sindaco) Léonardo Domenici la dirige depuis juillet 1999, à la tête d’une coalition de centre gauche.
Le Palazzo Vecchio est le siège du gouvernement municipal.
la Toscane
La Toscane (Regione Toscana), est une des régions d'Italie, située au centre-ouest du pays dont la capitale est Florence.

 

Une partie du groupe à San Miniato
Convivialité en Flandre à San Miniato sur une colline dominant Florence lors du voyage de juin 2008.



À cliquer :

  • Un complément sur l'histoire de Florence sur le site AboutFlorence.
  • Détaillez la vie de Savonarole avec un livre de 453 pages écrit par F.T. Perrens en 1859 : Jérome Savonarole d'après les documents originaux et avec des pièces justificatives en grande partie inédites. Il est numérisé par Google.

À lire :

  • Encyclopédies du voyage, Gallimard, Florence, toutes les richesses d'une ville réunies dans un guide.
  • Damien Simonis, Florence, Lonely planet, Gallimard, Toute la ville en poche.
  • Térésa Fisher, Tim Jepson, Florence, Spiral Gallimard.
  • Alta Macadam, Où trouver, Itinéraire parmi les œuvres réalisées à Florence.