Imprimer Envoyer

Mardi 27 mars 2007

« 1393, disparition de la Musique »

une conférence d'Éric Méchoulan

Amphithéâtre Schumpeter, Pôle Lamartine de l'Université du Littoral, Dunkerque

Membres ou non de l'Association Convivialité en Flandre, nos conférences vous sont ouvertes dans le cadre de l'Université Populaire de la Côte d'Opale, en partenariat avec l'Université du Littoral.


Éric Méchoulan est professeur de Littérature à l'Université de Montréal. Il est aussi directeur de programme au Collège International de Philosophie de Paris.

Sa première conférence pour l'Association en novembre 2005, L'éloquence du secret, portait sur un tableau de 1653 d'Eustache Le Sueur, Allégorie d'un ministre parfait, conservé au Musée des Beaux-Arts de Dunkerque. Elle nous avait enchantés.
Nous sommes heureux que monsieur Méchoulan ait accepté de faire à nouveau le détour par Dunkerque à l'occasion d'un congrès en France.

Éric Méchoulan à Dunkerque


Quelques lignes pour résumer le propos du conférencier :

Dans l'Antiquité et au Moyen Âge, la Musique méritait une majuscule car elle était avant tout principe d'harmonie du cosmos, depuis les sphères étoilées jusqu'aux relations sociales, et non simple divertissement sonore.

Un charivari, Gervais du Bus La fontaine de Jouvence, Gervais du Bus

Le Roman de Fauvel, Gervais du Bus, vers 1320, Paris, B.N., Ms. Fr. 146
A gauche, détail du folio 34 : un Charivari. A droite, détail du folio 42 : la Fontaine de Jouvence


Guillaume de Machaut (v. 1300 – v. 1377), est le dernier poète à être aussi un grand musicien : il maîtrise les deux arts à la perfection et ce ne sera plus le cas de ses successeurs.

Maître de la bible de Jean de Sy

Sa première œuvre en 1324 est un motet latin. Il est aussi célèbre par sa Messe de Notre-Dame. Il pratique la polyphonie, mais s'attache également à l'harmonie du mouvement musical et du rythme poétique.
Il devient maître ès arts et entre vers 1325 comme aumônier au service de Jean de Luxembourg, roi de Bohême, pour être ensuite son notaire et secrétaire. Bonne, la fille de Jean de Luxembourg, le met sous sa protection ; elle épousera le futur roi de France Jean le Bon et ils auront plusieurs enfants dont le duc de Bourgogne Philippe de hardi.

Maître de la bible de Jean de Sy, Oeuvres de Guillaume de Machaut vers 1375, "Nature présente à l'auteur Sens, Rhétorique et Musique", Ms. Fr. 1584, folio E, B.N., Paris

Peu à peu, la Musique en vient à être réduite à sa vocation immédiate de plaisir sensoriel.
Parallèlement à cette réduction, le statut de la poésie change et se sépare justement du principe cosmique de la Musique.

On en trouve le meilleur exemple dans la publication en 1393 de l'Art de dictier et fere chansons par un élève de Guillaume de Machaut : Eustache Deschamps. Il est un des plus grands poètes de cette fin de XIVe siècle. Distinguant la "musique naturelle" des vers de la "musique artificielle" des instruments, ses recherches sur un autre type de rythmes, avec des jeux de rimes et de sonorités, favorisent l'émergence de la poésie moderne telle que nous la connaissons toujours aujourd'hui.

Monsieur Méchoulan a décrit ce déplacement majeur dans l'histoire occidentale des arts et de la pensée et a analysé ses conséquences à partir du cas d'Eustache Deschamps.
Ci-contre, le portrait de Deschamps (v.1346 - v.1407) sur une capsule de Champagne. Également connu sous le nom d'Eustache Morel, le poète est né à Vertus en Champagne.

Eustache Deschamps


Nous avons été heureux de mieux comprendre les enjeux des arts de la Rhétorique au XVe siècle et avons perçu l'émergence de cette Musique Vulgaire plus "naturelle" que celle des siècles précédents. Elle constituera le socle de la Poésie et de la Littérature que nous connaissons encore de nos jours.

L'auditoire Vous êtes venus nombreux vous laisser surprendre par cet étonnant sujet.
Malgré un thème très spécialisé, nous étions plus de cinquante dans l'amphi ce mardi. Merci à tous les participants de ce soutien inconditionnel à l'Association et de cette curiosité que vous manifestez pour nos conférences.

 

Par cette belle soirée printanière, les conversations se prolongent sur la Place du Théâtre.

Les adhérents sont sportifs. Une partie du groupe amusé entoure Colette et Jean-Christophe qui ont chaussé leur monture.
Monique tente de monter sur le porte-bagages...
Colette et Jean-Christophe en tandem

Deux articles complètent le sujet :

  • Méchoulan Éric, « La théorie, masque de la theoria ? Le cas des arts de rhétorique du XVe siècle », Masques et déguisements, Éditions M.-L. Ollier, Vrin, 1988, pp. 213-221
  • Méchoulan Éric, « La musique du vulgaire : arts de seconde rhétorique et constitution de la littérature au XVe siècle », Études littéraires, vol. 22, n° 3, Québec, Presses de l'Université Laval, 1990, pp. 13-22

 

À cliquer :

  • Consultez les Oeuvres complètes d'Eustache Deschamps publiées d'après le manuscrit de la Bibliothèque nationale par le marquis de Queux de Saint-Hilaire à Paris chez Firmin-Didot de 1878 à 1903. C'est sur le site de Gallica.
  • Si vous voulez en savoir plus sur un poème de Deschamps parlant de chat et de grelot, lisez le sujet "Proverbe chattesque" de notre forum mis en ligne par Agnès.
  • L'article mis en ligne par le groupe HUGO de l'Université Paris VII, Les avatars d'une chanson poétique de la Renaissance par Brigitte Buffard-Moret. Il est question entre autres de l'influence de l'Art de dictier d'Eustache Deschamps jusqu'au poème de " Sara la Baigneuse " tiré des Orientales de Victor Hugo.
  • Sur le site de la Web Gallery of Art, amusez-vous à détailler une autre Fontaine de Jouvence. C'est une œuvre de Lucas Cranach l'Ancien mesurant 122,5 x 186,5 cm, peinte en 1546 et conservée au Staatliche Museen de Berlin.
  • Vous pouvez aussi découvrir une Fontaine de Jouvence sur une Coupe nuptiale d'Angelo Barovier en verre émaillé de Murano datée de 1422.
  • Deux poèmes de Deschamps.
  • Sur une page de l'Université de Bucarest : Les nouvelles règles du jeu lyrique et des poèmes de Deschamps.

Rédaction de la page et mise en ligne par Sabine Wetterwald le 3 mars 2007,
actualisation et liens vérifiés le 13 janvier 2015

Le programme de Convivialité en Flandre en 2006-2007 : La Flandre et les ducs de Bourgogne
Commentaires (0)add comment

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security image
Entrez les caractères affichés


busy