Imprimer Envoyer

Jeudi 22 février 2007
Amphithéâtre Schumpeter, Université du Littoral (ULCO)

Pôle Lamartine, Dunkerque

La gravure, nouveau média

au temps des ducs de Bourgogne

Une conférence de Sophie Raux

Vous êtes venus nombreux écouter cette conférence sur l'art de la gravure. Merci à tous.

Madame Raux a dressé un beau panorama des premiers pas de la gravure qui mènent aux chefs d'oeuvre de Dürer. Elle nous a aussi captivés en sachant prendre le temps de s'arrêter longuement sur certaines images pour en détailler le style et le contenu.

Que vous soyez membre ou non de notre Association, nos conférences vous sont ouvertes dans le cadre de l'Université Populaire de la Côte d'Opale , en partenariat avec l'Université du Littoral.

Sophie Raux-Carpentier est Maître de conférences en l'Histoire de l'art moderne à l'Université de Lille3. Elle est spécialiste des arts graphiques à l'époque moderne.

Madame Raux a été co-organisatrice d'un Colloque International sur la gravure qui s'est déroulé à l'Auditorium du Palais des Beaux-Arts de Lille du 25 au 27 janvier 2007, L'estampe, un art multiple à la portée de tous ?, associé aux expositions de l'opération Feuille à feuille des musées de la région Nord-Pas-de-Calais. Ce colloque a permis un rapprochement fort entre enseignants-chercheurs d'Europe et des Etats-Unis qui faisaient une communication pointue dans leur domaine, étudiants de Lille3 et d'ailleurs qui n'en perdaient pas une miette, nombreux conservateurs de cabinets d'estampes ou de musées, et personnes sensibilisées au monde de l'estampe venues écouter les intervenants.


sophieraux.jpg

Sa première conférence pour notre Association en décembre 2005, Bruegel et l'Humanisme en Flandre, vous avait enchantés. Nous sommes heureux qu'elle ait accepté d'évoquer ce nouveau sujet en relation avec le XVe et le XVIe siècle sous le règne des ducs de Bourgogne et de la cour des deux princesses de Malines, Marguerite d'York et Marguerite d'Autriche.


gravure sur bois coloriée, 150 x 155 mmm

La gravure est un moyen d'expression qui naît à la fin du XIVe siècle avec les premiers bois gravés.

A gauche, une Crucifixion, gravure sur bois coloriée à la main et collée à l’intérieur d’un coffret, d'un maître anonyme du XVe siècle.

A droite, un graveur sur bois dans son atelier. Après son dessin sur la face lisse du bloc de bois, l'artisan retire au couteau l'excès de matière et laisse l'ensemble des surfaces de bois en épargne sur la face évidée avant de l'encrer.


Un graveur au travail

Madame Raux a montré l'évolution du statut de la gravure au XVe siècle au Nord des Alpes et a mis en évidence le passage du statut d'imagerie populaire à celui d'œuvre d'art.


Cette gravure sur bois de Michael Wolgemut (1434-1519) est tirée du livre Liber Chronicacum (Chronique du monde) de Hartmann Schedel, paru en 1493. Ce livre est appellé Chronique de Nuremberg. L’ouvrage contient environ 1800 images, imprimées à partir de quelque 650 bois différents.

Cette Danse des squelettes est une variété de danse macabre et représente

des morts entre eux : par tradition médiévale, les morts sortaient de leurs tombes pour danser dans les cimetières avant de partir à la recherche de victimes. Le cadavre situé à droite de l'image exhibe ses viscères. Ce n'est pas une proprement dite, qui elle, porte une morale et représente les morts mis en scène avec les vivants. L'homme de la fin du Moyen Âge est très préoccupé par la question de son salut et du réveil des morts au Jugement Dernier.

La gravure en creux sur plaque de cuivre dite en taille-douce apparaît vers 1450. Le burin est l'un de ses procédés.

Le Portement de Croix est une gravure sur cuivre réalisée vers 1480 par Martin Schongauer (1450-1491) qui manie le burin avec virtuosité.

Sa composition magistrale et le parti pris des types humains représentés conférèrent à cette planche un grand rayonnement sur les générations suivantes. De nombreux exemplaires du modèle furent imprimés et circulèrent dans les ateliers.

Le cabinet d’art graphique du Musée d'Unterlinden à Colmar possède 85 gravures sur les 116 recensées de Martin Schongauer, peintre et graveur originaire de cette ville.


Schongauer, 'Le Portement de Croix ', 28,6 cm x 43 cm, vers 1475, Musée d'Unterlinden

Albrecht Dürer (1471-1528) entre en 1476 comme apprenti chez Michael Wolgemut, artiste renommé de Nuremberg.

Dürer, 'Jeune couple et la mort', 195 x 121 mm

À gauche, Jeune couple et la Mort ( La Promenade ), une gravure au burin vers 1497-1498. La Mort, cachée derrière l'arbre, guette ce couple qui s'adonne à l'amour terrestre, futile face à ce qui l'attend.


À droite, La Chute de l'Homme, un célèbre burin de 1504. Adam et Eve se tiennent près de l'Arbre de la Connaissance. De nombreux artistes s'en inspireront, en particulier Rubens avec le détail du lapin.


'Adam et Eve', 1504

Vous aimez aussi les mathématiques ? Sachez que Dürer - artiste complet - se passionne pour la géométrie. Il est particulièrement actif dans la recherche d'une mathématisation de ses figures.

Dürer, Spirale, Livre I, figure 11

Il publie en 1525 un ouvrage illustré en allemand, Instructions pour la mesure à la règle et au compas. Cette publication fondamentale en allemand a grandement contribué à l'émergence de la science moderne.

A gauche, il utilise une fonction mathématique pour détailler des courbes en forme de spirales. Il envisage ensuite plusieurs applications pour ses dessins : volute de colonne, crosse d’évêque, feuillage dans l’architecture ou escalier en colimaçon.

Malheureusement la conférence La géométrie d'Albrecht Dürer et ses lecteurs donnée en 2001 par Jeanne Peiffer, chercheur au CNRS et spécialiste de l'Histoire des Sciences à l'époque moderne, n'est plus en ligne sur le site de l'Association des Professeurs de Mathématiques de l'Enseignement Public (APMEP), mais vous y trouverez un résumé de sa communication.


Hans Baldung Grien (1484/85-1545) est un des élèves de Dürer.

Ce bois de 330 x 236 mm qu'il grave en 1515, est conservé au Germanisches Nationalmuseum de Nuremberg.

Il met en scène Aristote chevauché par la courtisane Phyllis. Le thème d'Aristote et Phyllis illustre le pouvoir de la femme sur l'homme. C'est la Sensualité qui soumet la Sagesse. Il est très apprécié des artistes à la fin du Moyen Âge et nous en avions vu plusieurs exemples lors de notre journée à Bruges en décembre dernier au cours de l'exposition Foi et bonne fortune au Musée Gruuthuse.

Une biographie de Hans Baldung Grien. Repérez la signature caractéristique de cet artiste (HBG). Vous pouvez agrandir l'image pour observer cette signature dans le cartellino de l'angle inférieur gauche.



'Aristote et Phyllis', Hans Baldung Grien, 330 x 236 mm, Germanisches Nationalmuseum, Nuremberg

Les progrès de la technique sont prodigieux en l'espace de quatre générations et les statuts et fonctions de la gravure évoluent pour culminer au rang d'œuvre d'art à part entière avec Dürer. Ce grand représentant du vaste mouvement de la Renaissance du Nord, rencontre Érasme lors de son voyage dans les Anciens Pays-Bas du Nord en 1520, et Marguerite d'Autriche l'invite à visiter son cabinet de trésors à Malines. Son rayonnement contribuera à la diffusion du courant Renaissant dans les régions septentrionales.

La qualité de multiple de l'estampe est une vraie révolution dans l'histoire de la culture visuelle.

À cliquer :



À lire :

  • BEGUIN André, Dictionnaire technique de l'estampe, Ed. A. Béguin, Paris, 1975, 1998
  • PANOFSKY Erwin, La vie et l’œuvre d’Albrecht Dürer, traduction française de Dominique Le Bourg, Paris, Hazan, 1987

Création de la page, liens et bibliographie par Sabine Wetterwald le 15 janvier 2007,

dernière mise à jour le 1er novembre 2009

Le programme 2006-2007 de Convivialité en Flandre : La Flandre et les ducs de Bourgogne ;

La carte interactive des journées de Convivialité en Flandre.

Commentaires (0)add comment

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security image
Entrez les caractères affichés


busy