Imprimer Envoyer
Mercredi 1er avril 2009

Amphithéâtre Schumpeter de 18h00 à 19h30 - Accueil et bibliothèque dès 17h30

Pôle Lamartine de l'Université du Littoral, Place du Général de Gaulle, Dunkerque

« Lumière sur le clair-obscur »

Une conférence de Sabine Wetterwald

Membres ou non de l'Association Convivialité en Flandre, nos conférences vous sont ouvertes dans le cadre de l'Université Populaire de la Côte d'Opale, en partenariat avec l'Université du Littoral Côte d'Opale. Le tarif plein est de 6 € ; le tarif réduit est de 3 € pour les scolaires, étudiants, demandeurs d'emploi et membres de l'Association. Nous acceptons les " Passeports Senior ".

 

Sabine Wetterwald est historienne de l'Art. Elle est déjà intervenue pour l'Association Convivialité en Flandre à propos des précurseurs des Primitifs flamands, du fameux Triptyque Portinari de Hugo van der Goes, et de la capture de la lumière dans l'Histoire de la photographie.

Elle souhaite cette fois-ci mener avec vous une réflexion sur le clair-obscur ou chiraroscuro, un procédé souvent employé dans la peinture occidentale, dont les voies d'expressions varient selon les régions et les époques.

Sabine Wetterwald
Léonard de Vinci, 'Étude  de l'effet de la lumière sur une tête de profil'

Il n'est pas de lumière qui ne s'accompagne d'ombre et le rôle de cette dernière sur notre perception visuelle en peinture reste bien mystérieux.

Léonard de Vinci est le premier auteur moderne à présenter une conception systématique de tous les types d'ombre. Il étudie sur le dessin ci-contre les effets de la distribution de la lumière sur un visage à partir d'une unique source d'éclairage. Il avait même songé à un traité en sept parties sur l'ombre mais ne semble pas avoir mené son projet. Ses observations sont dispersées dans des notes de diverses périodes. Certaines sont regroupées dans le Traité de la peinture, compilé par Francesco Melzi.

Léonard de Vinci, Étude  de l'effet de la lumière sur une tête de profil (facsimile), 1487-1490, pierre noire, crayon et encre sur papier, 203 x 143 mm, Galleria degli Uffizi, Florence

Après la « clarté universelle » revendiquée à la Renaissance, une nouvelle utilisation de la tonalité et de la lumière va rendre la syntaxe des peintres plus fondue et naturelle.


Vincenzo  FOPPA,
Saint Sébastien, vers 1486,
fresque transférée sur toile,
265 x 170 cm,
Pinacoteca di Brera, Milan
Vincenzo  FOPPA,  'Saint Sébastien'
Le Corrège, Judith et sa servante Abra, vers 1511,
bois, 30 x 32 cm, Strasbourg

Le Corrège, 'Judith et sa servante Abra'

Intensité dramatique chez Masaccio, Giorgione ou Titien, tonalité particulière et naturaliste de Foppa, ambiance nocturne du Corrège ou tempétueuse de Tintoret, lumière comme signifiant et agent dynamique du drame pour Caravage, atmosphère théâtrale de Zurbaran, luminisme chaleureux chez La Tour ou instant divin révélé par van Honthorst, ténébrisme dramatique et contrastes violents pour Ter Brugghen ou d'autres caravagesques du Nord, équilibre psychologique des peintures et gravures de Rembrandt, représentations du XIXe siècle « à la chandelle »... Autant d'exemples qui mettent en avant cette dialectique du clair et du sombre, de la lumière et des ténèbres, du bien et du mal, qui prédomine dans la peinture classique de la tradition occidentale.

Le Caravage, 'Narcisse'

Le Caravage, Narcisse, 1598-1600, huile sur toile,
110 x 92 cm, Galleria Nazionale d'Arte Antica, Rome
Rembrandt, Les Pèlerins d'Emmaüs, 1628, huile sur toile,
Musée Jacquemart-André, Paris

Rembrandt, 'Les Pèlerins d'Emmaüs' 1628

 

Jeu d'ombre et de lumière sur les valeurs, le coloris ou la gradation des tons, sur le modelé et le volume, le procédé pictural du clair-obscur offre à l'artiste la possibilité de dépasser la réalité objective pour proposer son interprétation personnelle du sujet.

Gerrit van HONTHORST, 'L'Entremetteuse'
Gerrit van HONTHORST dit Gérard de la nuit, L'Entremetteuse,
1625, huile sur bois, 71 x 104 cm, Centraal Museum, Utrecht

 


Georges de La Tour, 'Le Christ et saint Joseph charpentier'
Georges de La Tour, Le Christ et saint Joseph charpentier, 1645, huile sur toile, 137 x 101 cm, Musée du Louvre, Paris

Travaillant les effets de la lumière, modifiant certaines données dans des buts précis, l'artiste profite du caractère instable, fugace et changeant de l'ombre pour mieux créer l’illusion et la mettre au service de sa démonstration.

Gerrit Dou, 'L’École de nuit'

Arnold Boonen, 'Jeune homme assis à une table'
Gerrit (Gerard) DOU, L’École de nuit, c. 1660, huile
sur panneau, 48 x 37 cm, Rijksmuseum, Amsterdam
Arnold BOONEN (1669-1729), Jeune homme assis à une
table, huile sur toile, 42 x 34 cm, Collection privée

Dans son Cours de peinture par principe paru en 1708, le théoricien Roger de Piles déclare : « Le clair-obscur dépend absolument de l'imagination du peintre » qui dispose les objets « d'une manière à recevoir les lumières et les ombres telles qu'il les désire dans son Tableau, et d'y introduire les accidents et les couleurs dont il pourra tirer avantage ».

 

Subleyras, 'Charon passant les ombres'

 

vers 1768, huile sur toile, 183 x 244 cm, National Gallery, Londres

Joseph WRIGHT, 'Expérience avec la Pompe à air'

Pierre Subleyras, Charon passant les ombres, 1735-1740,
huile sur toile, 135 x 83 cm, Musée du Louvre, Paris

Lumière voilée, trace effacée, clarté d'un moment révélé, obscurité protectrice d'un secret ; malmenant la réalité, le clair-obscur ouvre un champ libre à l'imaginaire et à la pensée. Une troisième voie prend forme par la dualité du terme réunissant deux contraires. Imitation du visible ou révélation du non-visible ?

 

Bibliographie :

  • BAAS Bernard, L'Adoration des Bergers ou De la dignité d'un clair-obscur, éd. Peeters, Louvain-Paris, 1994 ;
  • BAXANDALL Michael, Ombres et lumières, Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires, 1995, trad. Française 1999 ;
  • CHONÉ Paulette, B0YER Jean-Claude, SPEAR Richard E., LAVIN Irving, L'Âge d'or du Nocturne, Gallimard, coll. Art et artistes, 2001 ;
  • CIVARDI Giovanni, Le clair-obscur. Comment dessiner l'ombre et la lumière, De Vecchi, 2006 ;
  • GOMBRICH Ernst Hans, L'Art et l'illusion, Gallimard, Paris, 1971, 1987, pp. 29-54 ;
  • GOMBRICH Ernst Hans, Ombres portées : leur représentation dans l'art occidental, Gallimard, coll. Art et artistes, 1996 ;
  • HAGEN Rose-Marie et Rainer, Les dessous des chefs-d'œuvre, 2 tomes, Taschen, 2007 (Joseph WRIGHT of Derby p. 500-505)
  • HEITZ Bernard (dir.), « Georges de La Tour », Télérama, Hors Série, 1997 ;
  • LONGHI Roberto (1890-1970), Le Caravage, éd. Regard, Paris, 1952, trad. franç. 1968, complétée en 2004 ;
  • RAUX Sophie, « La Peinture européenne du XVIIe siècle », Cours de Licence 2 d'Histoire de l'art (U2S4), Université de Lille 3, 2004-2005 ;
  • REVEL Emmanuelle, « La part obscure de l’illusion » in Textes et Documents pour la Classe, TDC n° 760, L'ombre en peinture,  CNDP, Paris, 15 septembre 1998, pp. 6-48 ;
  • STOÏCHITA Victor I., Brève histoire de l'ombre, Droz, Paris, 2000 ;
  • VINCI Léonard (de), Traité de la peinture, trad. et annotations André Chastel, éd. Hermann, 2004, chap. IV « L'espace et la lumière » pp. 67-110.
Catalogues :
  • COLLECTIF, La Passion d'un amateur, la collection d'Alexis Joffroy, de Luca Giordano à Alfred Stevens, Musée des beaux-arts de Dunkerque, Somogy, Paris, 2001 (Noterman pp. 66-67, Van Schendel pp. 70-71) ;
  • COLLECTIF, National Gallery of Art, Washington, Catalogue de la collection permanente, Thames & Hudson, New York, 1992, 2005 (Lotto p. 27, Turner p. 157).

À cliquer :

  • Les fresques de Vincenzo Poppa dans la Chapelle de Pigello Portinari à l'église Sant'Eustorgio de Milan sur une page du site Aparences, Milan à l'époque des Sforza ;
  • Sur Artis, un site dédié à l'image de synthèse, un article sur l'importance des effets des ombres douces dans notre perception des images en 3D ;
  • Une vidéo en anglais de 6 min 41 présente L'Appel de saint Matthieu de Caravage sur le site Smarthistory au format Quicktime. Merci Mikaël pour ce lien ;
  • Une animation Flash : "L'ombre et la lumière" sur le site Peintre-Analyse ;
  • Une vidéo du dossier dédié à Rembrandt sur le site de la BNF, " Jeux de lumière ",  présente une comparaison des différents états de gravures de Rembrandt.
Rédaction de la page et mise en ligne par Sabine Wetterwald le 20 mars 2009,
actualisation le 26 juin
Le programme 2008-2009 : Lumières et couleurs du Nord, impressions et variations ;

La carte interactive des journées et voyages de Convivialité en Flandre.



Lire aussi :


Commentaires (0)add comment

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security image
Entrez les caractères affichés


busy
 

Articles relatifs à cette page :