Imprimer Envoyer
Index de l'article
Deux jours à Reims : lumière gothique à la Cathédrale, Saint-Remi, Palais du Tau, Dürer, Corot
2 - La cathédrale Notre-Dame de Reims
3 - Le palais du Tau
4 - Le Musée Hôtel Le Vergeur
5 -La chapelle Foujita
Toutes les pages



3 - Le Palais du Tau

Le Palais archiépiscopal du Tau qui doit son nom à son plan en forme de T ou « tau » en grec, jouxte la cathédrale. Au cours des siècles, il est modifié et revêt aujourd'hui un aspect classique. Il abrite le musée de l'Œuvre de Notre-Dame où sont exposés le Trésor de la cathédrale ainsi qu'une partie de la statuaire originelle de la cathédrale.

Tapisserie relatant la vie de Clovis, destinée au duc de Bourgogne.
C'est à Reims, en 496, que Clovis, roi des Francs, choisit de recevoir le baptême des mains de l’évêque Rémi ; en mémoire de cet événement, Louis le Pieux vient s’y faire sacrer roi en 817, usage qui s’instaure alors définitivement.

Dans la grande salle des banquets, se sont déroulés les moments importants du sacre des rois de France : le lever et l’habillage du souverain avant la cérémonie, ou encore le banquet préparé pour plusieurs milliers de personnes, dont la ville de Reims supporte les lourds frais.
Le dernier sacre et le dernier banquet royal ont eu lieu à l’occasion du couronnement de Charles X en 1825.

tresor, tapisserie

Le  Trésor

Le Palais du Tau renferme d’importantes sculptures du XIIIe siècle provenant de la cathédrale et déposées au cours des campagnes de restauration du monument.
Il conserve également le Trésor, constitué d’objets insignes du sacre et de précieuses pièces offertes par les rois et les reines de France.

Les pièces les plus remarquables du Trésor royal sont le talisman de Charlemagne, daté du IXe siècle, et le calice de saint Remi, daté du XIIe siècle. Le reliquaire de la Sainte Ampoule renfermerait le chrême, cette huile d'origine céleste, dont était oint le nouveau roi lors de son sacre célébré en la cathédrale Notre-Dame.

le talisman de Charlemagne calice du sacre reliquaire

À gauche, le talisman que Charlemagne portait au cou lorsque son tombeau fut ouvert en 1166, est un pendentif qui contenait un morceau de la Vraie Croix.

Au centre le Calice du sacre ou Calice de saint Remi (XIIe siècle) en or, à pied incrusté d'émaux et de pierres précieuses.
À droite, le reliquaire de sainte Ursule, sous la forme d'une nef en coraline et argent agrémentée de figurines en or et argent émaillé, présenté par Henri III à l'occasion de son sacre en 1575.

À cliquer :

Création de la page et mise en ligne par Monique Vyers le 26 février 2009