Imprimer Envoyer

Mardi 21 novembre 2017, 18h

Salle 5, Complexe de cinémas du Pôle Marine (entrée par le Studio 43), Dunkerque

Sublimes mouvements :

images de l'homme et de la nature, de Fragonard à Blake

Une conférence de Benjamin Couilleaux

Membres ou non de l'Association Convivialité en Flandre, nos conférences vous sont ouvertes. Le tarif plein est de 6 € ; le tarif réduit est de 3 € pour les membres de l'Association. l'accès est gratuit pour les scolaires, étudiants et demandeurs d'emploi. Nous acceptons les " Passeports Senior " (pdf d'invitation).


L’Association Convivialité en Flandre a choisi pour thématique Pourtant ça bouge ! Quand l'art fait jaillir la vie et a invité Benjamin Couilleaux à contribuer à son programme de conférences dans le contexte du mouvement romantique.


Benjamin Couilleaux aa Diplômé de l’École du Louvre et de la Sorbonne, Benjamin Couilleaux est conservateur du patrimoine au Musée Cognacq-Jay – musée du XVIIIe siècle de la Ville de Paris – depuis 2012. Après les sculptures de Dalou en 2013, les dessins de François-André Vincent en 2014 et la première rétrospective Jean-Baptiste Huet en 2016, c’est la Sérénissime que Benjamin Couilleaux y a mis à l’honneur en début d’année en tant que commissaire de l’exposition Venise en fête. La peinture italienne, et notamment Venise, sont d’ailleurs au cœur de ses travaux. Il a participé à plusieurs expositions internationales sur le sujet. Il enseigne l’histoire de l’art européen des XVIIe et XVIIIe siècles à l’École du Louvre et à l’Institut Catholique de Paris.

 


Les profondes mutations touchant les mentalités à la fin du XVIII e siècle bouleversent totalement les conceptions esthétiques.
Au-delà des différentes tendances, entre la survivance d'un art traditionnel, un néoclassicisme souvent dramatique et un romantisme naissant, émergent de nouvelles visions.
Les corps sont mus par une multitude de sentiments, de l'allégresse au désespoir en passant par la colère et la folie, au sein de scènes complexes, relevant aussi bien de la vie quotidienne que des actions historiques du passé et du présent.
Jean-Honoré Nicolas Fragonard, Les Hasards heureux de l'escarpolette, 1767 William Blake, Le grand Dragon Rouge et la Femme vêtue de soleil, entre 1805 et 1810
Jean-Honoré Nicolas Fragonard, Les Hasards heureux de l'escarpolette, 1767, huile sur toile, 81 × 64 cm, Londres, Wallace Collection
William Blake, Le grand Dragon Rouge et la Femme vêtue de soleil, entre 1805 et 1810, Aquarelle, 40 × 32,5 cm, National Gallery of Art, Washington

Philip James De Loutherbourg, Une Avalanche dans les Alpes, 1803, Tate Britain, Londres
Cette expressivité toute moderne apparaît également dans les représentations des forces de la nature : tempêtes, éruptions ou avalanches deviennent des spectacles à la fois terrifiants et fascinants, où l'homme relativise sa place et découvre une beauté insoupçonnée.
À travers cette problématique du mouvement des êtres et des objets sur une image fixe, s'instaure une des grandes recherches artistiques toujours d'actualité.


Philip James De Loutherbourg, Une Avalanche dans les Alpes, 1803, huile sur toile, 110x160 cm, Tate Britain, Londres

Nous vous attendons nombreux !

  • À cliquer :
Si vous avez l'occasion de vous rendre à Caen, ne manquez pas l'exposition Lambert Sustris, un artiste de la Renaissance entre Venise et l'Allemagne du 18 Novembre 2017 au 4 Mars 2018. Benjamin Couilleaux qui prépare une thèse sur Lambert Sustris en est le commissaire.
Mise en ligne par Sabine Wetterwald le 5 novembre 2017