Imprimer Envoyer
Index de l'article
L'Abbaye de Vaucelles et Cambrai
11 photos de l'Abbaye de Vaucelles
7 photos du Château de la Motte-Fénelon
12 photos du Musée des Beaux-Arts de Cambrai
7 photos de l'église Saint-Géry
Une promenade dans la ville de Cambrai
10 photos de l'église Notre-Dame de Cambrai
Toutes les pages

 

Lundi 16 octobre 2006
L'Abbaye de Vaucelles


Notre visite guidée de l'Abbaye de Vaucelles se déroule par grand beau temps.

L'abbaye est fondée en 1132 par saint Bernard. La salle des Moines aux dimensions impressionnantes témoigne de sa majesté passée, et la salle capitulaire, la plus vaste d'Europe, est un véritable joyau.


Une baie pleure.

Effets de soleil à travers la buée de la baie. Photo Régine Deleye


Les portes sont grandes ouvertes pour dissiper l'humidité des lieux et faire entrer le grand soleil, mais la vitre de la baie en plein cintre reste embuée.


La maquette de l'Abbaye - Photo Sabine Wetterwald

Maquette de l'Abbaye

Située sur la rive droite du Haut Escaut dans le diocèse de Cambrai, qui, jusqu'à la sission avec les pays bas de langue flamande, allait jusqu'à Anvers, Vaucelles réunissait toutes les conditions pour construire une abbaye, saint Bernard y trouva un lieu isolé du monde ainsi que le passage d'un fleuve.

L'église de cette abbaye d'un plan exceptionnel était grande comme la cathédrale de Chartres.

Elle abritait au XIIIe siècle 140 moines et 300 frères convers. La guerre de Cent ans, les guerres de religion puis le manque de vocation, entraînent peu à peu la diminution de l'activité de l'abbaye.

Il ne reste à la révolution que 25 moines. Elle est mise en vente et n'intéresse qu'une entreprise de démolition qui procède à la démolition de l'église pour récupérer des matériaux, en particulier le plomb.

En 1801 pendant le concordat, la démolition est arrêtée mais les moines ne reviennent plus. Le bâtiment devient manufacture textile puis étable.

Lors de la première guerre mondiale les Allemands en font un logement et un centre de ravitaillement pour les troupes. Les Alliés y mettent le feu pour que les Allemands n'emportent pas leurs provisions. La seconde guerre mondiale accentue encore l'état de ruine du bâtiment.

En 1970, un propriétaire privé crée une association des amis de l'abbaye avec le père Deleplanque. Les premiers travaux permettent de clore et de refaire la couverture du bâtiment. Pour financer la restauration, l'abbaye est le lieu de nombreuses manifestations : exposition internationale d'orchidées, fête de saint Hubert, marché de Noël, manifestations familiales.

 

 Le scriptorium

Le scriptorium - Photo Régine Deleye


L 'architecture du scriptorium , vaste pièce de 80 m sur 22 m est très sobre. Les trois nefs en pierre reliées par des joints de peu de mortier abrite des rangées de cinq colonnes sous une voûte sur croisées d'ogives en plein cintre.

De nombreuses baies claires romanes en plein cintre permettent de faire entrer la lumière nécessaire à la transcription des manuscrits.

Saint Bernard souhaitait une verrière claire mais avec un réseau de plomb dense pour ne pas être vu.

Certains vitraux ont été agrandis pour les besoins en éclairage de la manufacture. Gérard Lardeur, maître verrier, sculpteur (1931 - 2002) a ajouté des motifs peu colorés évoquant le soleil levant.


-La salle capitulaire- Photo Régine Deleye

 La salle capitulaire

La salle capitulaire est la salle de réunion de la communauté, le lieu où s'accomplissent les grands actes de la vie monastique. Elle se divise en trois nefs de trois travées soit neuf voûtes nervées ou croisées d'ogive qui reposent sur quatre colonnes centrales.

Chapiteau à godrons de la salle des moines Chapiteau de la salle capitulaire

Le chapiteau à godrons du scriptorium se reconnaît aux moulures de forme ovoïde disposées de manière symétrique. Sur les chapiteaux de la salle capitulaire de larges et épaisses feuilles d'arum sont sculptées et les extrémités sont contournées en volutes.



 La pierre tombale de Michel Dailliet (1629-1658)

Au XVIIe siècle, des travaux de restauration sont entrepris par le 48è abbé de Vaucelles, Michel Dailliet. Vers 1650, les guerres franco-espagnoles font rage et en 1667, Louis XIV accordait des lettres de sauvegarde à l'abbaye afin d'éviter de nouveaux désagréments aux religieux.

 

 le jardin sur le site de l'église abbatiale

Le plan de son église abbatiale, la plus vaste d'Europe, a été entrevu lors des fouilles de l'été 1988.

Les démolitions de la fin du XVIIIe et début XIXe ont enseveli sous une énorme quantité de gravats, les bases du cloître, les colonnettes, les chapitaux, les substructions du monastère tout entier sous terre à quelques pieds seulement sous la végétation qui les recouvre depuis 200 ans.
Nous complétons la visite par un parcours commenté en car de la vallée du Haut Escaut pour découvrir avec notre guide les anciennes fermes de l'Abbaye.

 

Ferme attenante à l'Abbaye. Photo Sabine Wetterwald

Les Cisterciens veulent vivre en autarcie pour ne pas être distraits par les futilités du monde. Ils ont donc besoin de fermes autour de l'Abbaye pour planter et cultiver eux-mêmes la terre.

 

Territoires de l'Abbaye

Territoires de l'Abbaye - Photo Régine Deleye


Sur la route qui nous mène à l'hostellerie du Château de la Motte Fénelon à Cambrai, se profilent au loin les trois clochers de Cambrai restés debout, malgré les destructions successives de nombre d'édifices religieux de la ville.

Depuis Tilloy, les trois clochers de Cambrai

Les trois clochers de Cambrai - Photo Novacain

 

En savoir plus sur l'Abbaye de Vaucelles :