Courtrai (Kortrijk) et André Beauneveu - 25 photos prises en ville ou à l'Hôtel-de-Ville Imprimer Envoyer
Index de l'article
Courtrai (Kortrijk) et André Beauneveu
25 photos prises en ville ou à l'Hôtel-de-Ville
17 photos de l'église Notre-Dame
3 photos du Jardin international des roses
Toutes les pages

 

Jeudi 14 septembre 2006
Le Beffroi, l'Hôtel-de-ville et la ville de Courtrai (Kortrijk)

 

Après un petit café à l'office du tourisme, nous entamons avec nos deux guides Rita Hocke et Guido Dekeyrel une visite de la ville.
 

Le beffroi
Le beffroi de Courtrai
Photo Chaca
    

Nous admirons le Beffroi avec ses deux jaquemarts actuels. Philippe le Hardi avait emporté la splendide horloge et son Jacquemart en 1382. Le duc de Bourgogne les avait installés à Dijon. Une restitution symbolique eut lieu en 1961.


Les Jacquemarts du beffroi
Les Jacquemarts du beffroi
Photo Christine Joseph


Au cours du XIIIe siècle, Ferrand du Portugal se heurta aux villes de Flandre quand le roi de France Philippe Auguste voulut le faire comte de Flandre. Ferrand se retrancha dans Courtrai et la ville fut pillée par les troupes de Gavere et d’Oudenaarde.

Les deux parties se réconcilièrent mais Philippe Auguste n’accepta pas l’accord.

Son fils Louis (le futur Louis VIII) envahit Courtrai à partir de Lille et laissa la ville en ruines.

Les comtes de Flandre la firent reconstruire.

Si vous voulez mieux connaître l' histoire de Courtrai consultez le site du résumé chronologique.

 

La bataille des éperons d'or. (Photo C. J.)     
 
La bataille des éperons d'or, Nicaise de Keyser


Depuis 1297, la Flandre est passée sous domination française - ce que supportent assez mal les habitants.

Le 18 mai 1302, a lieu l'insurrection dite des « Matines de Bruges » qui voit la population locale tuer trois mille soldats français.

Les cinquante mille hommes, envoyés par Philippe le Bel pour arrêter le soulèvement, affrontent l'armée des «manants révoltés » à Courtrai, le 11 juillet 1302.

Beaucoup trop sûre de son fait, la chevalerie française va, une fois de plus, au combat en désordre et subit une cuisante défaite qui laisse quelques milliers des siens morts sur le champ de bataille.

La revanche aura lieu deux ans plus tard à Mons-en-Pévèle et la Flandre redeviendra française jusqu'à son rattachement à la Bourgogne. Si vous voulez mieux connaître l' histoire de la bataille des éperons d'or consultez le site .

l'hôtel de ville en style de transition gothique tardif-renaissance. (photo C.J.)

Au cours du XIIIe siècle COURTRAI devint une ville drapière prospère. La qualité était moindre que celle des villes flamandes plus importantes et on parlait de petite draperie.

Au XVe siècle, on fabriqua de la toile avec du lin cultivé sur place, ce qui était plus intéressant. Les conflits entre le roi de France et la Flandre firent stagner l'économie à Courtrai.


Une statue d'un Comte de Flandre. (photo C.J.)

Hormis la statue de Charles Quint, l'Hôtel de ville arbore des sculptures des Comtes de Flandre.


La cheminée de la salle des échevins (1529). (Photo C. J.)     La cheminée de la salle du conseil. (Photo C. J.)

Les échevins rendaient la justice dans la salle scabinale, tandis que les lois étaient élaborées dans la salle du Conseil. Les deux salles sont ornées de magnifiques vitraux, de fresques et de cheminées du XVIe siècle dont les auteurs sont inconnus à nos jours.

Actuellement la salle des échevins sert de salle d'accueil et de salle des mariages.


Les trois étages de sculptures. (Photo C. J.)     La justice (Photo C. J.)


Sur la cheminée sont représentées les vertus et les vices encadrés par la justice, la paix, la témérité et la curiosité symbolisée par la femme de Loth.

Charles Quint préside au centre.


L'église Saint-Michel. (Photo C. J.)


L'église Saint-Michel fut construite sur ordre des jésuites en 1607-1611 par Jan Persijn, en remplacement de la chapelle du Saint-Esprit du 14e siècle.

Il s’agit d’une église basilicale à trois nefs avec un choeur semi-circulaire et flanquée de deux tours, le tout de style gothique tardif.

En 1947, une chapelle à trois dômes y a été ajoutée, afin d’y honorer la statue miraculeuse de Notre-Dame de Groeninge.


La cheminée de la salle des échevins (1529). (Photo C. J.)     le jaquemart. (Photo C. J.)


Le beffroi de Courtrai se dresse au milieu de la Grand-Place et c'est ce qui subsiste de la Halle aux Draps médiévale.

Les fondations de la tour datent du 14e siècle.

Au 16e siècle, l'étage supérieur a été remplacé par la flèche flanquée de quatre tourelles.

Une restauration de la fin du 19e siècle restitue cet aspect. L'horloge, sur la cloche de la tour du beffroi, est l'oeuvre de Manten (Armand ou Amandus) et Kalle (Katelijne).

Une statue de Mercure, le Dieu du commerce et le symbole de l'esprit commercial courtraisien surmonte le tout.


La cour intérieure du béguinage.     L'entrée du béguinage


Le Béguinage fondé en 1238, se situe entre l'église Saint Martin et l'église Notre-Dame.

La sobre place intérieure est ornée d'une statue de Johanna de Constantinople, qui est considérée comme la fondatrice du béguinage, au milieu du 13e siècle.

On y trouve aussi une quarantaine de maisonnettes de style baroque (17e siècle).

Même la chapelle Saint-Mathieu, qui date du 15e siècle, a été revêtue d'un aspect baroque. La maison de la supérieure (à double escalier en façade, de 1649) a été aménagée en musée de la vie du béguinage.

C'est un des endroits les plus tranquilles . A l’époque, le béguinage était entouré d'un château, de remparts et du cimetière de l'église Saint-Martin.


L'église saint-Martin (photo Sabine Wetterwald)     Le portail de l'église Saint-Martin


L'église Saint Martin a été édifiée sur les ruines d'une chapelle construite au XIIIème siècle.

Des reconstructions ont été nécessaires, à cause des destructions successives au cours des siècles, suite à la bataille de Westrobezeke, en 1382, ou de l'incendie de la tour foudroyée en 1862.

Les travaux à l'église de style gothique primitif ont presque duré tout le 15e siècle.


Tour Eucharistique (Photo C. J.)


La tour sacramentale d'une hauteur de six mètres en pierre d'Avesnes était polychromée.

Elle est en style gothique tardif et les sculptures en style Renaissance. Les relifs au centre présentent le thème de l'Eucharistie avec préfigurations de l'Ancien Testament.


Le triptyque du Saint-Esprit(Photo C. J.)


Dans la chapelle Sainte-Anne, un tableau de Bernard De Rijckere, 1587, le triptyque du Saint-Esprit représentant la Pentecôte, à droite le Baptème de Jésus et à gauche la création d'Adam.


La chapelle baptismale     détail de la grille


Les fonds baptismaux sont en marbre rouge sur socle doré, 1760.


Saint Amboise     Saint Grégoire


Sur les fonds baptismaux, sculptures des Pères de l'église.

Saint Amboise, évêque de Milan de 374 à 397 dont le langage est doux comme du miel est toujours représenté avec une ruche.

Saint Grégoire reçoit l'inspiration divine représentée par un oiseau soufflant à l'oreille. Blanc comme une colombe, il est posé sur l'épaule de l'écrivain.


Saint Amboise     Saint Grégoire


879-892: Les Normands quittèrent Gand pour établir leur quartier d'hiver à Courtrai. La ville était probablement déjà fortifiée à cette époque. Pour protéger les habitants, un premier château de bois fut construit. Il fut ensuite remplacé à la fin du 10ème siècle par un château fort dont une des tours deviendra une des tours du Broel.

1401: début de la construction de la tour nord du Broel (ingelburchtoren) suivi de la construction du pont qui enjambe la Lys. Les tours eurent différentes fonctions dans le courant des siècles qui suivirent. Ex : stock de poudre, musée (aujourd'hui).


- Les tours du Broel
- L'église Saint-Martin avec sa tour de style gothique brabançon
- L'Hôtel de Ville
- Repas au Bistro Kopte

L'après-midi nous visitons l'exposition Kortrijk 1302 dans l'ancienne abbaye de Groeninge avec audio-guides. Nous comprenons l'importance pour le pays de la Bataille des Eperons d'Or du 11 juillet 1302.

 

 

 quelques liens vers la ville:

 

  • Une visite guidée de Courtrai sur une page perso.
  • La galerie de 22 photos du photographe Chaca, prises à Courtrai. Vous pourrez y voir en grand la photo du Beffroi, choisie pour cette page, avec l'autorisation du photographe.
  • La Bataille des Eperons d'Or sur le site d'histoire Herodote.net.
  • Le beffroi de Courtrai est l'un des cinquante-six beffrois de Belgique et de France inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Lisez l'article " Beffroi " de l'Encyclopédie Wikipedia.
  • Histoire et origine des Jacquemarts sur le site de la ville de Saint-Pol-sur-mer.