Vitraux de Bouvines, Brasserie, Musée Matisse, Fauves hongrois au Cateau-Cambrésis - 2 - Les vitraux de l'église Saint-Pierre de Bouvines Imprimer Envoyer
Index de l'article
Vitraux de Bouvines, Brasserie, Musée Matisse, Fauves hongrois au Cateau-Cambrésis
2 - Les vitraux de l'église Saint-Pierre de Bouvines
3 - Au Cateau, Brasserie Historique, Musée Matisse et Fauves hongrois
Toutes les pages
 

 

Le 13 novembre 2008

2 -Les vitraux de l'église Saint-Pierre de Bouvines 

eglisestpierre.jpg
Nous avons contacté l’Association Les Amis de Bouvines pour visiter l'église Saint-Pierre. Madame Jeanson  raconte l'histoire de Bouvines et de ses vitraux avec érudition et passion. Nous sommes suspendus à ses explications.

L'édifice du XIIIe siècle a été construit en 1880 à la gloire de Philippe-Auguste sur la colline dominant le fameux pont de la Marque aux confins de la Pévèle et du Mélantois, par l'architecte A. Normand.

La bataille de Bouvines y est relatée par une suite de 21vitraux.  

Le choeur de l'église saint-Pierre

La bataille de Bouvines

       Le dimanche 27 juillet 1214, le roi Philippe Auguste remporte à Bouvines, près de Lille, une victoire écrasante sur les armées de l'empereur allemand Othon IV de Brunswick et ses alliés, le comte Ferrand de Flandre, le duc Henri de Brabant et le comte Renaud de Boulogne.
       La victoire de Bouvines, due à la coalition de la chevalerie féodale et renforcée par les milices communales soutenues par Frédéric II de Hohenstaufen, rival d'Othon IV, dura cinq heures et se tint un dimanche, malgré l'interdit religieux de la Paix de Dieu. Le comte Ferrand de Flandre ayant été capturé, Philippe Auguste l'emmène, enchaîné dans une cage, jusqu'à Paris, sa capitale, pour un triomphe à la romaine.

Les vitraux

     L'ensemble fut réalisé par Pierre FRITEL, peintre d'Histoire et Emmanuel CHAMPIGNEULLE, maître verrier à Bar-le-Duc, à partir de la notice rédigée par Henri DELPECH, professeur d'Histoire à Montepellier.
     Avec le soutien actif du maire de l'époque, Félix DEHAU, les maîtres verriers réputés en France et en Europe, mettront près de vingt ans pour réaliser ces grandes verrières de 8 mètres sur 3,20 mètres. Trois vitraux ont été présentés à l'exposition Universelle de 1900. 
      C'est en 1906 que fut achevée cette grande fresque.
un des vitraux

Dans l'église, une superbe bande dessinée de 21 vitraux explique le déroulement de la bataille de Bouvines.


L'ensemble fut éxécuté par Emmanuel Champigneul maître verrier de Bar-le-Duc.

partie supérieure d'un vitrail

Ces vitraux sont disposés en alternance, de part et d'autre de la nef afin de bien montrer l'arrivée triomphale de Philippe Auguste à Paris.

Le roi Philippe Auguste

Détail d'un vitrail :

la tête du roi Philippe Auguste

 

 

Vitrail vu de l'extérieur
de l'église Saint-Pierre
avec sa plaque protectrice
contre la pollution
et les intempéries
Un vitrail vu de l'extérieur
Dans le transept huit vitraux nous font entrer dans le cœur de la bataille : Le roi bénit ses troupes, on se bat de part et d'autre sur trois fronts. À gauche du roi,  Salisbury est fait prisonnier.
Le groupe écoute madame Jeanson.
Au dessus de chaque vitrail des anges suivent le déroulement de la bataille.
Les écussons représentent les villes ou les familles donatrices.


Les anges et les écussons

      À cliquer : 


 
Création de la page par Christine le 25 novembre 2008, dernière actualisation le 29 novembre